Dernières Nouvelles | News 24

Mises à jour en direct | 150 personnes sont tuées à Gaza en 24 heures, selon le ministère de la Santé

Le ministère de la Santé de Gaza affirme que 150 personnes ont été tuées dans le territoire au cours des dernières 24 heures et 313 autres ont été blessées alors que les forces israéliennes continuent de combattre les militants, même dans la partie nord du territoire.

Le nord, où des quartiers entiers ont été rasés, était la première cible de l’offensive terrestre israélienne fin octobre.

L’armée israélienne a déclaré mercredi que ses forces avaient tué plus de 15 militants du Hamas dans le nord de Gaza au cours de la dernière journée et ciblé des infrastructures militantes dans une école.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté deux demandes clés formulées par le Hamas lors des pourparlers indirects de cessez-le-feu, affirmant qu’Israël ne se retirerait pas de la bande de Gaza ni ne libérerait des milliers de militants emprisonnés.

Ces derniers décès portent le bilan palestinien de l’offensive israélienne à 26 900, selon le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas. Il ne fait pas de distinction entre les décès de civils et de combattants, mais indique que la plupart des personnes tuées étaient des femmes et des enfants.

L’attaque du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël, qui a déclenché la guerre, a tué 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et environ 250 personnes ont été prises en otage, selon les autorités israéliennes.

Actuellement:

— L’Iran menace de « répondre de manière décisive » à toute frappe américaine alors que Biden réfléchit à la réponse à l’attaque de la Jordanie.

— L’UE vise à lancer d’ici trois semaines une mission navale en mer Rouge pour protéger les navires des attaques rebelles.

— Biden dit qu’il a décidé d’une réponse à l’assassinat de trois soldats américains en Jordanie.

— Quelle est la position des parties sur les efforts visant à obtenir un cessez-le-feu à Gaza et la libération des otages ?

— Les forces israéliennes déguisées en femmes civiles et en médecins tuent trois militants dans un hôpital de Cisjordanie.

— Découvrez plus de couverture d’AP sur https://apnews.com/hub/israel-hamas-war.

Voici la dernière :

150 PERSONNES ONT ÉTÉ TUÉES À GAZA AU COURS DES DERNIÈRES 24 HEURES, DÉCLARE LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ

RAFAH, Bande de Gaza — Le ministère de la Santé de Gaza affirme que 150 personnes ont été tuées au cours des dernières 24 heures et 313 autres ont été blessées.

Ces morts portent le bilan palestinien de l’offensive israélienne à 26 900, selon le ministère contrôlé par Hama. Il ne fait pas de distinction entre les décès de civils et de combattants, mais indique que la plupart des personnes tuées étaient des femmes et des enfants.

La guerre, qui a duré près de quatre mois, a commencé avec l’attaque du Hamas en Israël le 7 octobre, au cours de laquelle des militants palestiniens ont tué environ 1 200 personnes et en ont enlevé 250 autres.

Les forces israéliennes combattent toujours les militants à travers Gaza, même dans la partie nord du territoire, qui était la cible initiale de l’offensive terrestre fin octobre et où des quartiers entiers ont été rasés.

L’armée a déclaré mercredi que ses forces avaient tué plus de 15 militants du Hamas dans le nord de Gaza au cours de la dernière journée et ciblé des infrastructures militantes dans une école.

Il indique que les forces aériennes et terrestres ont ciblé des militants à la périphérie du camp de réfugiés de Shati dans la ville de Gaza, qui remonte à la guerre de 1948 entourant la création d’Israël et ressemble à un quartier urbain dense.

L’armée avait déclaré à la mi-novembre qu’elle contrôlait Shati.

Les combats les plus violents ont lieu dans la ville méridionale de Khan Younis, où les responsables israéliens soupçonnent de hauts dirigeants du Hamas de se cacher dans un labyrinthe de tunnels.

La guerre a chassé environ 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza de leurs foyers vers d’autres parties du territoire assiégé, et les responsables de l’ONU affirment qu’un quart de la population meurt de faim.

L’Iran menace de « répondre de manière décisive » à toute frappe américaine alors que Biden évalue la réponse à l’attaque de Jordanie

JERUSALEM — L’Iran a menacé mercredi de « répondre de manière décisive » à toute attaque américaine contre la République islamique après que le président Joe Biden a lié Téhéran à l’assassinat de trois soldats américains dans une base militaire en Jordanie.

Les États-Unis ont indiqué qu’ils se préparaient à des frappes de représailles au Moyen-Orient à la suite de l’attaque de drone de dimanche qui a également blessé au moins 40 soldats à la Tour 22, une base secrète dans le nord-est de la Jordanie qui a joué un rôle crucial pour la présence américaine en Syrie voisine.

Cependant, des inquiétudes subsistent quant au fait que de nouvelles frappes américaines pourraient enflammer davantage une région déjà en proie à la guerre en cours entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et aux attaques en cours des rebelles Houthis du Yémen contre les navires dans la mer Rouge.

Un destroyer de la marine américaine se trouvant dans la voie navigable a abattu mardi soir un missile de croisière antinavire lancé par les Houthis, la dernière attaque visant les forces américaines patrouillant sur la principale route commerciale maritime, ont indiqué des responsables.

Les agences des Nations Unies demandent la poursuite du financement de l’UNRWA

Les États-Unis et plus d’une douzaine d’autres pays ont annoncé leur intention de suspendre leurs contributions à l’UNRWA après qu’Israël a allégué que 12 de ses employés avaient participé aux attaques du 7 octobre en Israël. Les responsables de l’ONU ont licencié la plupart des travailleurs et ont promis une enquête.

Les chefs de l’Organisation mondiale de la santé, de l’UNICEF, de l’Organisation internationale pour les migrations, du Programme alimentaire mondial et d’autres agences et partenaires des Nations Unies ont déclaré que les allégations selon lesquelles « plusieurs » membres du personnel de l’UNRWA étaient impliqués « dans les attaques odieuses contre Israël » étaient « horribles ».

“Cependant, nous ne devons pas empêcher une organisation entière de remplir son mandat de servir les personnes qui en ont désespérément besoin”, indique le communiqué commun.

« Les décisions prises par divers États membres de suspendre le financement de l’UNRWA auront des conséquences catastrophiques pour la population de Gaza », a-t-il déclaré. « Aucune autre entité n’a la capacité de fournir l’ampleur et l’ampleur de l’aide dont 2,2 millions de personnes à Gaza ont un besoin urgent. »

“Nous demandons que ces décisions soient reconsidérées”, indique le communiqué.

Mardi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a rencontré à huis clos 35 pays donateurs et a appelé à un rétablissement du financement ainsi qu’à un nouveau soutien. Le Département d’État américain a déclaré qu’il espérait reprendre le financement de l’UNRWA si l’organisation menait une enquête crédible sur d’éventuels liens entre certains membres du personnel et le groupe militant du Hamas.

LA TURQUIE DÉCLARE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE NE DEVRAIT PAS PERMETTRE LE BLOCAGE DE L’AIDE À GAZA

ISTANBUL — Le ministre turc des Affaires étrangères, Hakan Fidan, a exhorté la communauté internationale à agir avec fermeté pour mettre fin au désastre humanitaire à Gaza.

“Le blocage de l’aide humanitaire et des fournitures médicales à Gaza par Israël ne devrait jamais être accepté par la communauté internationale”, a-t-il déclaré mercredi lors d’une conférence de presse à Bucarest, la capitale roumaine.

S’exprimant aux côtés de la ministre roumaine des Affaires étrangères, Luminita Odobescu, il a ajouté : « Nous ne pouvons et ne devons pas rester silencieux alors que 2 millions de personnes sont ouvertement laissées mourir de faim et de maladies épidémiques sous les bombardements. L’opinion publique mondiale doit une fois de plus être forte pour empêcher ce massacre.»

Fidan a également appelé Israël à mettre en œuvre la décision intérimaire de la Cour internationale de Justice de la semaine dernière visant à protéger les civils et à déclarer un cessez-le-feu immédiat.

L’UE OBJECTIF DE LANCER UNE MISSION NAVALE EN MER ROUGE D’ICI 3 SEMAINES POUR PROTÉGER LES NAVIRES DES ATTAQUES REBELLES

BRUXELLES — L’Union européenne prévoit de lancer une mission navale en mer Rouge d’ici trois semaines pour aider à défendre les cargos contre les attaques des rebelles Houthis au Yémen qui entravent le commerce et font monter les prix, a déclaré mercredi le plus haut diplomate de l’Union.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré qu’il souhaitait que la mission soit opérationnelle d’ici le 17 février. Les responsables affirment que sept pays de l’UE sont prêts à fournir des navires ou des avions. La Belgique s’est déjà engagée à envoyer une frégate. L’Allemagne devrait faire de même.

La semaine dernière, les forces américaines et britanniques ont bombardé plusieurs cibles dans huit emplacements utilisés par les Houthis soutenus par l’Iran. C’était la deuxième fois que les deux alliés menaient des frappes de représailles coordonnées contre les capacités de lancement de missiles des rebelles.

Les Houthis ont mené une campagne persistante d’attaques de drones et de missiles contre des navires commerciaux depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas en octobre, mais Borrell a insisté sur le fait que la mission de l’UE ne participerait à aucune frappe militaire.

Un destroyer américain abat un missile revendiqué par les Houthis dans la mer Rouge

Un destroyer de la marine américaine en mer Rouge a abattu un missile de croisière anti-navire lancé par les rebelles Houthis du Yémen, la dernière attaque visant les forces américaines patrouillant sur la route maritime clé, ont annoncé mercredi des responsables.

L’attaque de mardi soir a visé l’USS Gravely, un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke, a indiqué le commandement central de l’armée américaine dans un communiqué.

“Aucun blessé ni dégât n’a été signalé”, indique le communiqué.

Un porte-parole militaire houthiste, Brig. Le général Yahya Saree a revendiqué l’attaque dans un communiqué mercredi matin, la qualifiant de « victoire pour l’oppression du peuple palestinien et de réponse à l’agression américano-britannique contre notre pays ».

Saree a affirmé que les Houthis avaient tiré « plusieurs » missiles. quelque chose qui n’est pas reconnu par la marine américaine. Les affirmations des Houthis ont été exagérées dans le passé, et leurs missiles s’écrasent parfois au sol et ne parviennent pas à atteindre leurs cibles.