Skip to content

(Reuters) – Les avocats de l'ancien conseiller américain en matière de sécurité nationale, Michael Flynn, ont accusé le gouvernement fédéral de freiner leurs efforts pour le défendre.

PHOTO DU DOSSIER: Michael Flynn, ancien conseiller américain en matière de sécurité nationale, passe devant des journalistes après que sa condamnation a été reportée à la Cour de district américaine de Washington, le 18 décembre 2018. REUTERS / Joshua Roberts

Les avocats de Flynn ont formulé leurs objections contre la conduite du gouvernement dans un rapport de situation conjoint déposé vendredi devant le tribunal fédéral de Washington, DC.

Les avocats du gouvernement ont rétorqué que Flynn était prêt à prononcer sa peine, peut-être dès le 21 octobre. Les deux parties ont convenu que la coopération de Flynn avec diverses enquêtes gouvernementales était terminée.

Flynn a plaidé coupable en décembre 2017 d'avoir menti au FBI au sujet de ses conversations avec Sergey Kislyak, ambassadeur de la Russie aux États-Unis, en décembre dernier, au sujet des sanctions imposées par le président Barack Obama à Moscou.

Cette plaidoirie concernait l’enquête menée par le conseiller spécial Robert Mueller depuis lors sur l’ingérence de la Russie lors de l’élection américaine de 2016.

La condamnation de Flynn était initialement prévue pour décembre 2018, et le juge de district américain Emmet Sullivan devra décider si un délai supplémentaire est justifié.

Dans son rapport de situation vendredi, l'avocat de Flynn, Sidney Powell, a déclaré qu'elle n'avait pas eu suffisamment de temps pour examiner l'affaire et a accusé le gouvernement de refuser injustement de transmettre des informations pertinentes pour la défense.

Elle a ajouté que cela incluait des transcriptions et des enregistrements d'appels téléphoniques supposément à l'origine des accusations portées contre Flynn et que le gouvernement avait «fermement refusé de produire».

Les avocats du ministère américain de la Justice ont rétorqué que le gouvernement avait «outrepassé» ses obligations en matière de divulgation et n'était au courant d'aucune information confidentielle que Flynn aurait besoin d'examiner.

Le ministère de la Justice a proposé que Flynn soit condamné entre le 21 et le 23 octobre ou entre le 1er et le 15 novembre. Les avocats de Flynn ont demandé 90 jours avant la publication d’un autre rapport de situation.

Les discussions entre Flynn et Kislyak ont ​​eu lieu dans la perspective de l’inauguration de Trump en janvier 2017, après que Flynn ait travaillé sur la campagne électorale de Trump.

Dans le cadre de son plaidoyer, Flynn devait témoigner lors d’un procès le mois dernier contre son ancien associé, Bijan Rafiekian, accusé de lobbying secret pour la Turquie.

Les procureurs ont annulé le témoignage de Flynn le 9 juillet, affirmant qu’ils envisageaient plutôt de présenter le lieutenant-général à la retraite de l’armée américaine comme le co-conspirateur de Rafiekian. Rafiekian a été condamné deux semaines plus tard.

Flynn a été le premier conseiller à la sécurité nationale de Trump pendant trois semaines.

Reportage de Jonathan Stempel à New York; Édité par Chizu Nomiyama et Howard Goller

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *