Mexique : l’aide aux migrants « ne peut pas durer éternellement »

Bien que les migrants aient obtenu des visas humanitaires pour rester au Mexique jusqu’à ce qu’ils soient entendus aux États-Unis, ils devaient souvent attendre dans des zones dangereuses contrôlées par des cartels, ce qui les rendait vulnérables à l’enlèvement, à l’agression, au viol ou même à la mort. D’autres ont été transportés en bus dans certaines régions du sud du Mexique ou « invités » à retourner dans leur pays d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *