Mesures urgentes nécessaires pour les enfants canadiens : comité de l’ONU

OTTAWA –

Le comité des droits de l’enfant des Nations Unies a publié un rapport exprimant de sérieuses inquiétudes quant au bien-être des enfants au Canada, en particulier ceux qui sont autochtones.

“Le comité est profondément préoccupé par la discrimination à l’égard des enfants en situation marginalisée et défavorisée”, indique le rapport, rendu public jeudi.

Le comité a cité la discrimination structurelle à l’égard des enfants autochtones et noirs, “en particulier en ce qui concerne leur accès à l’éducation, à la santé et à un niveau de vie adéquat”.

Le comité a également noté que les enfants handicapés, les enfants migrants et les enfants des minorités ethniques avaient un accès disparate à leurs droits selon la province ou le territoire.

C’est la première fois que le comité examine l’adhésion du Canada à la convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant en une décennie, lorsqu’un rapport tout aussi cinglant a été publié sur les progrès du pays.

Le gouvernement fédéral n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires jeudi.

La convention, que le Canada a signée en 1991, est un traité mondial qui énonce la liste complète des droits de tous les enfants jusqu’à l’âge de 18 ans. Presque tous les pays du monde ont promis de protéger et de promouvoir ces droits.

Le traité repose sur quatre principes principaux : le droit à la non-discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit à la vie et au développement et le droit à la participation.

Les experts de l’ONU, y compris des avocats, des travailleurs sociaux, des administrateurs de la protection de l’enfance et un médecin, ont souligné plusieurs domaines où ces principes ne sont pas respectés au Canada,

Dans un exemple, les experts ont déclaré que le gouvernement doit fournir des soins de santé spécialisés aux enfants de la communauté Anishinaabe de la Première Nation de Grassy Narrows, en Ontario, qui souffrent de problèmes de santé physique et mentale graves et chroniques en raison de la contamination au mercure dans le l’eau.

Le rapport a également noté la découverte de tombes anonymes découvertes sur les sites de plusieurs anciens pensionnats.

La Première Nation de la Colombie-Britannique Tk’emlups te Secwepemc a annoncé en mai 2021 qu’un radar pénétrant dans le sol avait détecté ce que l’on pense être les restes de quelque 200 enfants sur le terrain de l’ancien pensionnat indien de Kamloops. Depuis lors, d’autres lieux de sépulture potentiels ont été localisés.

Les enfants autochtones et noirs sont toujours surreprésentés dans des formes alternatives de supervision comme le placement en famille d’accueil, souvent en dehors de leurs communautés, selon le rapport. Ils courent également un risque plus élevé d’abus, de négligence et de violence dans le cadre d’une prise en charge alternative que les autres enfants au Canada.

“En plus de ces groupes spécifiques d’enfants, le comité a également dénoncé le gouvernement fédéral pour ne pas avoir protégé les droits de tous les enfants de notre pays”, a déclaré la fondatrice de Children First Canada, Sara Austin.

L’UNICEF a classé le Canada dans le tiers inférieur de 38 pays riches en termes de bien-être des enfants en 2020, plaçant le pays au 30e rang derrière la Grèce, la Lettonie et le Royaume-Uni.

“La plupart pensent que ce serait au sommet, un pays leader mondial pour les enfants”, a déclaré Austin. “Il y a donc un grand écart entre la perception et la réalité.”

Parmi plusieurs recommandations, le comité a demandé au Canada d’instituer un commissaire fédéral indépendant aux droits de l’enfant qui soit en mesure de recevoir, d’enquêter et de traiter les plaintes des enfants “d’une manière adaptée aux enfants et adaptée aux enfants”.

D’autres recommandations incluent de s’assurer que l’accès des enfants aux soins de santé publics ne dépend pas du statut d’immigration de leurs parents et d’abroger l’article 43 du Code criminel qui permet l’utilisation d’une «force raisonnable» pour discipliner les enfants.

Plusieurs projets de loi fédéraux visant à interdire les châtiments corporels des enfants ont échoué au Parlement, a déclaré Austin.

Le comité a appelé à une stratégie nationale pour prévenir la violence contre les enfants et a déclaré que le système de protection de l’enfance du Canada continue de ne pas protéger les enfants autochtones contre la violence en particulier.

Austin a déclaré que le rapport représente l’échec du Canada à mettre en œuvre les droits fondamentaux des huit millions d’enfants du pays.

Plusieurs des recommandations ont été initialement formulées par le comité dans son dernier rapport il y a une dizaine d’années, mais n’ont pas été suivies d’effet.

Bill Jeffery, directeur exécutif du Center for Health Science and Law, a déclaré jeudi dans un communiqué que le Canada avait ratifié la convention relative aux droits de l’enfant en 1991 “et a passé les trois dernières décennies à justifier son incapacité à mettre pleinement en œuvre ces droits au niveau national”. et la loi provinciale.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 9 juin 2022.