Membres perdus, colère croissante alors que la ville est prise dans la guerre du Tigré

Alors que les deux parties se battent, les civils, et en particulier les enfants, souffrent énormément. De plus en plus d’enfants sont pris dans les bombardements à Hawzen et dans d’autres régions voisines, avec au moins 32 admis à l’hôpital régional Ayder de Mekele pour des blessures par explosion de décembre à avril. Treize sont repartis avec un membre amputé, selon les registres officiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *