Martin Brundle: la tension pour le titre F1 monte alors que Lewis Hamilton et Mercedes élèvent le match contre Max Verstappen au Qatar


Ce championnat du monde de Formule 1 devient très intense, émotionnel et parfois personnel, et le Grand Prix du Qatar a renforcé cela.

Je n’ai jamais connu une telle intensité auparavant, c’est une saison qui se déroule sur une bande d’opinions contraires, d’angles de caméra, d’images, de données, d’informations, de désinformation, de publications sur les réseaux sociaux, et pas un peu d’amertume et de méfiance. Cela ressemblait plus à un film qu’à une course automobile dimanche.

Vous m’avez peut-être souvent entendu dire que deux protagonistes du championnat élèvent généralement leurs jeux à un niveau tout à fait supérieur, ils trouvent un engrenage surmultiplié avec lequel ils peuvent maximiser chaque pression sur une pédale et chaque tour de roue, à chaque virage et à chaque tour.

Sous les projecteurs du Qatar, Lewis Hamilton et Max Verstappen semblaient appartenir à une catégorie de course différente, telle était leur rythme implacable à l’avant à la poursuite de points critiques au championnat du monde. Ces deux pilotes semblent remarquablement être les membres les plus calmes de leur équipe de temps en temps.

Lewis Hamilton est ravi de s'être rapproché à seulement huit points du leader du championnat Max Verstappen après avoir remporté le GP du Qatar.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Lewis Hamilton est ravi de s’être rapproché à seulement huit points du leader du championnat Max Verstappen après avoir remporté le GP du Qatar.

Lewis Hamilton est ravi de s’être rapproché à seulement huit points du leader du championnat Max Verstappen après avoir remporté le GP du Qatar.

La Formule 1 s’envolait plutôt avec la triple tête Mexique/Brésil/Qatar. Il ne serait pas juste de dire que nous nous en sommes sortis, car il y a une immense quantité de compétences organisationnelles et d’une attitude active à l’approche de la F1 ayant livré 39 courses au cours de cette terrible pandémie, mais alors que je regardais les équipages de Ferrari et Mercedes se disputer qui partait 5ème sur la grille de départ par exemple, les fissures apparaissaient.

J’ai personnellement passé 41 heures dans les airs pour ces trois courses et j’ai probablement eu la tâche la plus facile de tout le monde car je suis passé directement de chaque course à l’autre et n’avais à m’inquiéter que de moi. Cinq courses en six week-ends, dont deux sites entièrement nouveaux au Qatar et en Arabie saoudite, sont un défi de taille pour tous ceux qui sont impliqués dans la réalisation de ce blockbuster, et après les vacances d’été de l’année prochaine, ce sont dix courses en treize semaines…

S’adressant à des amis qui travaillent dans des équipes de F1 sur le chemin du retour aux premières heures du lundi matin, ils descendaient de cet avion et se dirigeaient directement vers l’usine pour se préparer aux réunions de débriefing de mardi. Dévouement impressionnant mais brutal en même temps.

Deux à faire : comment ça se passe dans la course au titre

Conducteurs’ Points
1) Max Verstappen 351,5
2) Lewis Hamilton 343,5
Constructeurs
1) Mercedes 546,5
2) Red Bull 541,5

Il ne fait aucun doute que Hamilton et Mercedes ont élevé leur niveau de jeu à un moment charnière du championnat. Lewis a retrouvé une confiance renouvelée dans le simulateur d’usine et travaille tard dans la nuit sur la piste alors qu’il trouve de manière impressionnante une nouvelle motivation pour un huitième titre malgré son âge relatif, son entrepôt de trophées et son solde bancaire important.

Le directeur de l'équipe Mercedes, Toto Wolff, pense que la victoire dominante de Lewis Hamilton au Qatar est de bon augure pour les deux dernières courses de la saison en Arabie saoudite et à Abu Dhabi.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, pense que la victoire dominante de Lewis Hamilton au Qatar est de bon augure pour les deux dernières courses de la saison en Arabie saoudite et à Abu Dhabi.

Le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, pense que la victoire dominante de Lewis Hamilton au Qatar est de bon augure pour les deux dernières courses de la saison en Arabie saoudite et à Abu Dhabi.

Mercedes dispose de puissants outils de configuration de voiture et d’un nouveau moteur pour le reste de la saison, ce qui garantira qu’ils seront très rapides, et il ne fait aucun doute qu’ils se surveilleront comme des faucons en ce qui concerne l’interprétation des réglementations aérodynamiques en particulier. On ne pouvait pas s’empêcher de sentir que les deux équipes étaient sur leur meilleur comportement avec leurs éléments d’aileron arrière au Qatar.

Seul Max peut mathématiquement remporter le championnat lors de l’avant-dernière manche en Arabie saoudite, mais, étant donné le tracé de la piste à grande vitesse là-bas et les performances récentes et prodigieuses de la Mercedes, cela n’arrivera que si Lewis a un problème.

Max nous a dit sur Sky F1 qu’il ne s’attarde pas sur les « et si » autour, par exemple, de sa défaillance de pneu en Azerbaïdjan et d’une quille dans le premier virage en Hongrie, ou peut-être de perdre le titre malgré au moins neuf victoires, ce qui fait de lui une personne plus forte que moi.

Max Verstappen de Red Bull est heureux d'avoir terminé deuxième au GP du Qatar après avoir été pénalisé de cinq places sur la grille pour la course.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Max Verstappen de Red Bull est heureux d’avoir terminé deuxième au GP du Qatar après avoir été pénalisé de cinq places sur la grille pour la course.

Max Verstappen de Red Bull est heureux d’avoir terminé deuxième au GP du Qatar après avoir été pénalisé de cinq places sur la grille pour la course.

Je pensais que les pénalités sur la grille pour lui et Valtteri Bottas étaient sévères dimanche. La FIA, qui fait un travail généralement formidable en arbitrant le monde très complexe de la F1, a connu quelques semaines torrides et indécises depuis qu’elle a traversé le tristement célèbre incident du virage quatre entre les prétendants au championnat au Brésil.

Je suis un partisan entièrement payé que les drapeaux jaunes doivent être respectés comme une priorité absolue, mais depuis le cockpit dimanche, les pilotes auraient été sur leur dernier effort de qualification en sortant du dernier virage sans drapeaux visibles, sans feux d’avertissement d’incident sur leur volant ou des messages du mur des stands, une flambée de feux rouges dans le ciel nocturne à la ligne d’arrivée indiquant la fin de la séance de qualification (un feu rouge et le drapeau à damier suffiraient), repérant la ligne d’activation du DRS qui avait été réactivé, passant les vitesses tout en calculant ce que faisait réellement cette voiture (l’Alpha Tauri à trois roues de Pierre Gasly) sur le côté droit.

Paul di Resta était au SkyPad pour analyser pourquoi Max Verstappen s'est vu infliger une pénalité de cinq places sur la grille.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Paul di Resta était au SkyPad pour analyser pourquoi Max Verstappen s’est vu infliger une pénalité de cinq places sur la grille.

Paul di Resta était au SkyPad pour analyser pourquoi Max Verstappen s’est vu infliger une pénalité de cinq places sur la grille.

Il y avait des circonstances atténuantes pour le moins et sans panneaux d’avertissement jaunes au bord de la piste, mais des panneaux verts sur le mur des stands pour le pont-bascule de la voie des stands, j’aurais raté le poste de commissaire unique relativement mal éclairé agitant correctement un drapeau ou des drapeaux sur la gauche côté à chaque fois.

Le fait que Carlos Sainz ait été exonéré parce qu’il a levé l’accélérateur après la voiture à l’arrêt souligne plutôt la confusion, mais les règles sont les règles, je suppose. Nous étions sur un tout nouveau site de F1 tard dans le calendrier et cela se voyait.

En fin de compte, cela n’a fait aucune différence pour Verstappen, sauf qu’il a perdu toute chance de courir à Hamilton dans le premier virage. Et Bottas aurait terminé troisième malgré un départ difficile s’il n’avait pas été le premier pilote à découvrir que les pneus avant Pirelli ne pouvaient supporter plus de 30 tours de punition contre les trottoirs secondaires agressifs.

Les espoirs de Valtteri Bottas de terminer sur le podium au Qatar sont anéantis par une crevaison.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Les espoirs de Valtteri Bottas de terminer sur le podium au Qatar sont anéantis par une crevaison.

Les espoirs de Valtteri Bottas de terminer sur le podium au Qatar sont anéantis par une crevaison.

Les deux pilotes Williams George Russell et Nicholas Latifi, ainsi que Lando Norris de McLaren, qui occuperait toujours la neuvième place lors du 900e départ de McLaren, ont également souffert.

Tout comme au Brésil la semaine précédente, Red Bull n’avait aucune réponse à la vitesse de Mercedes. Pendant ce temps, Fernando Alonso était en excellente forme pour Alpine tout au long et profitant des pénalités de grille, il a commencé une belle troisième et a terminé une troisième encore plus impressionnante. Pas étonnant que les fans l’aient élu pilote du jour alors qu’il montait sur son premier podium depuis la Hongrie 2014, et vous devez simplement aimer un combo de podiums Hamilton, Verstappen, Alonso, peu importe qui vous soutenez.

Les courses restantes en F1 2021 – en direct sur Sky Sports

5 décembre GP d’Arabie Saoudite
12 décembre GP d’Abou Dhabi

Sergio Perez est arrivé quatrième déçu après sa mauvaise position sur la grille et une stratégie à deux arrêts l’a mis dans un trafic implacable toute la soirée, mais au moins cela a aidé Red Bull à réduire l’écart de points entre les constructeurs et Mercedes à seulement cinq, avec un maximum de 88 équipes. points encore sur la table.

Esteban Ocon a terminé cinquième pour Alpine, consolidant un très bon résultat pour l’équipe dans sa bataille avec AlphaTauri, qui avec Pierre Gasly et Yuki Tsunoda avait clairement une configuration de voiture qui a bien gonflé ses pneus pour les qualifications mais les a plutôt détruits en course mode.

Fernando Alonso d'Alpine était ravi de décrocher son premier podium depuis 2014 après avoir terminé troisième au Qatar.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Fernando Alonso d’Alpine était ravi de décrocher son premier podium depuis 2014 après avoir terminé troisième au Qatar.

Fernando Alonso d’Alpine était ravi de décrocher son premier podium depuis 2014 après avoir terminé troisième au Qatar.

Aston Martin était à juste titre très satisfait de la belle 6e place de Lance Stroll et de Seb Vettel, qui a raté le combat dans le tout premier virage, obtenant la 10e place pour un doublé bien nécessaire.

Une fois de plus, le duo Ferrari de Carlos Sainz et Charles Leclerc a couru en formation serrée pendant la majeure partie de la course, y compris un arrêt au stand double suite à des problèmes de radio, mais a cette fois terminé 7e et 8e à près d’un tour. Leur principale satisfaction est donc d’avoir désormais 39,5 points d’avance sur McLaren pour la troisième place du championnat des constructeurs.

Lorsque nous retournerons au Qatar en 2023, ce sera un circuit fortement révisé, les pilotes ont généralement plus apprécié ce tracé que les fans ou les nombreuses voitures cassées, ou plus probablement un circuit sur la « Corniche » du centre-ville similaire à celui où nous nous dirigeons ensuite à Djeddah. Ne manquez pas celui-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *