Skip to content

PDG de Bolt Markus Villig

Boulon

La société estonienne Bolt commence à faire ses frais dans la majorité des pays dans lesquels elle est présente, a déclaré son PDG à CNBC.

La société est maintenant rentable – ou presque rentable – sur les deux tiers de ses marchés, a déclaré Markus Villig dans une interview lundi.

Fondée en 2013 sous le nom de Taxify et renommée cette année sous le nom de Bolt, la start-up a accumulé 25 millions de clients et 500 000 chauffeurs dans 35 pays d'Europe et d'Afrique.

Il a été relancé à Londres en juin après une tentative bâclée de le faire sans permis d'opérateur en 2017, et M. Villig a déclaré que la firme avait enregistré une forte traction avec 1,5 million de passagers et 30 000 chauffeurs inscrits sur la plate-forme.

En revanche, Uber – qui a été dépossédé de son permis par le régulateur la semaine dernière – compte environ 3,5 millions d'utilisateurs et 45 000 conducteurs. Le géant de la Silicon Valley, qui a commencé à opérer à Londres en 2012, a annoncé son intention de faire appel de cette interdiction.

Comme Uber, Bolt reste non rentable. Le groupe a perdu 61 millions d'euros (67 millions de dollars) pour un chiffre d'affaires d'environ 80 millions d'euros l'an dernier. Mais Villig a déclaré que la société avait réussi à proposer des prix plus bas et qu'elle recevait moins de commissions que Uber, car c'est "la société la plus rentable au monde".

Il a ajouté qu'atteindre la rentabilité à l'échelle de l'entreprise "dépend essentiellement de la rapidité avec laquelle nous voulons nous développer".

"Londres et la plupart de ces grands marchés nécessitent d'énormes investissements en amont pour attirer suffisamment de conducteurs et de clients sur la plateforme", a-t-il déclaré. "Si nous devions arrêter notre expansion, nous équilibrerions l'année prochaine."

'Énorme intérêt des investisseurs'

À 25 ans, Villig est le plus jeune fondateur d'une licorne européenne ou société technologique privée évaluée à 1 milliard de dollars ou plus. Bolt est actuellement en pourparlers avec les investisseurs pour un nouveau cycle de financement, et des rapports suggèrent que l'investissement pourrait renforcer son statut de licorne.

"Désormais, les investisseurs recherchent une entreprise qui a un modèle durable et qui pourrait être rentable rapidement", a déclaré M. Villig, ajoutant que sa nouvelle entreprise avait suscité "un intérêt considérable de la part des investisseurs" ces derniers mois. Parmi les commanditaires de Bolt, citons l’opérateur chinois Didi Chuxing et le constructeur allemand Daimler.

"Ce que cela signifie pour nous en tant qu'entreprise, c'est que nous sommes dans une excellente position pour rester vraiment tête baissée, rester concentré sur l'exécution et fournir le meilleur rapport qualité-prix pour les clients et les chauffeurs."

Après le lancement réussi de Bolt à Londres, M. Villig a déclaré qu'il voyait "absolument" la société se développer davantage à travers le Royaume-Uni dans d'autres villes comme Manchester et Liverpool, sans toutefois proposer de calendrier précis pour le moment où cela se produirait.

"Notre stratégie a toujours été de commencer dans la capitale, ce qui est généralement la plus grande opportunité et doit résoudre les plus gros problèmes. Ensuite, nous allons dans les plus petites villes", a déclaré le chef de Bolt.

La société fait partie des nombreuses entreprises qui cherchent à saper la domination d'Uber, en particulier à Londres. Suite à la décision de Transport for London (TfL) de ne pas renouveler la licence d'Uber la semaine dernière, Bolt et son rival français Kapten ont immédiatement commencé à diffuser une publicité positive.

Pour compliquer davantage les choses, une autre application de taxis hélant les taxis cherche à faire ses débuts à Londres dans quelques semaines. Le groupe indien Ola, également soutenu par l'investisseur Uber SoftBank, a récemment commencé à enregistrer des pilotes dans la capitale britannique avant le lancement prévu en janvier 2020.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *