Dernières Nouvelles | News 24

Macron vient de lancer une grenade réelle à ses propres pieds — RT World News

Le président français pourrait être lui-même sur le point de changer de régime, avec un soutien de son parti institutionnel inférieur à celui de l’opposition.

Les derniers sondages nationaux français montrent un ultime affrontement entre la droite et la gauche contestataires et la décimation totale du parti Renaissance du président Emmanuel Macron. On dirait qu’il s’est peut-être trompé en pensant que se jeter sur l’échiquier politique était un mouvement tridimensionnel et cérébral.

À la suite de la victoire écrasante du parti contestataire du Rassemblement national aux élections européennes, avec plus du double du score du parti de Macron, les suspects habituels ont commencé à ronger le décor avec des émeutes et des troubles. Tout ce que le Rassemblement national a à faire, c’est de le filmer pour créer une publicité de campagne pour lui-même à l’approche des élections nationales françaises que Macron a convoquées dans un pari double ou rien avec le peuple français. Parce que Macron a fait ça. Et c’est le Rassemblement national qui milite depuis longtemps sur la promesse d’y mettre un terme.

Il semble finalement qu’un nombre suffisant d’électeurs français n’aient pas peur de refuser cette opportunité au parti de Le Pen. L’étiquette d’extrême droite n’agit tout simplement plus comme un moyen de dissuasion instinctif comme elle le faisait autrefois. Et pourquoi le devrait-il ? « La France est au bord d’une guerre civile généralisée » titré Le télégraphe britannique. Cela s’est produit sous Macron, pas sous Le Pen, alors qu’il faisait avancer petit à petit son programme de l’establishment, son Premier ministre désigné invoquant l’article 49.3 de la Constitution française pour faire adopter une législation sans vote au moins 23 fois, ignorant totalement le processus démocratique – le deuxième depuis le début de la Ve République en 1958. Son utilisation pour déplacer les objectifs des retraités et les faire travailler plus longtemps alors que la France est un champion mondial de la fiscalité qui les prive de l’argent durement gagné pendant toute leur vie professionnelle, sous prétexte de le récupérer. lorsqu’ils prendront leur retraite, cela expliquerait pourquoi la majorité des retraités qui ont voté massivement pour Macron ne le disent plus aux sondeurs. Son soutien est tombé à seulement 28%, selon le dernier Ifop sondage.





Selon Le Monde, Macron dit de son déclenchement d’élections anticipées : «Je prépare cela depuis des semaines et je suis ravi. J’ai lancé ma grenade non épinglée sur leurs jambes. Maintenant, nous verrons comment ils s’en sortent. En fait, on dirait qu’ils s’en sortent très bien. Le parti de Macron ? Pas tellement. La prochaine fois, essayez de mettre un peu plus de punch derrière ce lancer de grenade, afin qu’il ne risque pas simplement de reculer et de vous exploser au visage. Le dernier sondage Ifop prévoit l’élimination totale de l’establishment après le premier tour du 30 juin avec seulement 19% des suffrages, les deux premiers partis en tête au second tour le 7 juillet étant la droite et la gauche anti-establishment avec 35% des suffrages. % et 26% respectivement. Et si l’anarchie et la violence continuent de sévir dans les rues d’ici là, les électeurs comprendront parfaitement que c’est Macron qui a allumé l’allumette et que la gauche a cru jeter de l’huile sur le feu en tentant de présenter la défaite de ses opposants de droite comme la solution. calmer les troubles était en quelque sorte une stratégie gagnante. Il y a de fortes chances qu’ils se sentent victimes d’un chantage et qu’ils soient encore plus motivés à voter en conséquence. Demandez au chancelier allemand Olaf Scholz comment toutes les manifestations contre le soi-disant mouvement anti-establishment « extrème droite » L’AfD a travaillé pour lui. Ils sont arrivés en deuxième position, gagnant ainsi le vote européen, et son parti est arrivé en troisième position avec sa pire performance jamais vue. Il s’avère que les électeurs n’aiment pas vraiment se sentir manipulés d’une manière ou d’une autre.

Macron peut penser qu’il a semé la panique pour survivre dans les camps politiques opposés – le président des Républicains de la droite établie a proposé une alliance avec Le Pen, puis s’est brièvement barricadé au siège du parti afin que ses collègues ne puissent pas se rassembler pour l’évincer. Et le petit parti de droite contestataire Reconquête, fondé par Eric Zemmour, a fini par expulser quatre de ses cinq eurodéputés élus lorsque Marion Maréchal (nièce de Marine Le Pen et numéro un sur la liste électorale européenne de Reconquête) s’est alliée au parti de sa tante au lieu de diviser les voix. Mais Macron aurait à peine pu s’installer avec son pop-corn avant la fin des spectacles.

C’est un grand mystère de savoir comment on en est arrivé là et comment l’establishment en France et en Europe a totalement perdu le fil.

En mai 2023, Reuters signalé que l’UE avait approuvé 1,61 milliard de dollars pour racheter les agriculteurs néerlandais dont le bétail était jugé trop enthousiaste à l’égard de leurs éructations, de leurs pipis et de leurs défécations. Les agriculteurs ont alors créé un parti politique appelé le mouvement Paysan-Citoyen, soutenant le contestataire Geert Wilders, dont le parti gagné aux élections générales de novembre 2023, puis a terminé deuxième (et gagné six sièges) lors du vote européen.



Timofey Bordachev : Emmanuel Macron est peut-être un clown, mais c'est un clown dangereux

En Allemagne, alors que les agriculteurs et les camionneurs se rassemblaient à la porte de Brandebourg à Berlin pour protester contre la bureaucratie écrasante de l’establishment européen dans tous les domaines, du changement climatique à l’Ukraine, les priorités mal placées et l’incapacité à joindre les deux bouts ont résonné si fort chez l’Allemand moyen que 69 % d’entre eux ont soutenu le mouvement de protestation – ce qui expliquerait la deuxième place du parti contestataire (AfD) attaqué par l’establishment comme étant de mèche avec les agriculteurs. Il s’avère que beaucoup d’Allemands l’étaient aussi.

En France, 90 % des électeurs ont soutenu les manifestations des agriculteurs français et ont été dégoûtés lorsque Macron s’est présenté à la Foire internationale de l’agriculture annuelle de Paris avec une bande d’escouades anti-émeutes qui ont déversé leurs gaz lacrymogènes sur des vaches présumées innocentes (même si, qui sait, peut-être qu’ils étaient silencieux). déclenchant des pets qui tuent la planète) alors qu’il fuyait une première confrontation avec des agriculteurs en colère. Et bien, qu’est-ce que tu sais. Il s’avère qu’un soutien de 90 % aux agriculteurs se traduit grosso modo en 93% des communes françaises votant pour le Rassemblement National aux élections européennes.

Ce n’est sûrement qu’une grande coïncidence. Qui aurait cru que jouer avec la nourriture et les moyens de subsistance des gens tout en se concentrant sur des priorités idéologiques coûteuses qui intéressent principalement la petite cabale d’élite aux commandes serait un jour la recette d’un changement de régime ? Mais la question est désormais de savoir si Macron, après avoir tout parié et perdu, s’accrocherait au pouvoir comme les dirigeants qu’il dénonce. Ou s’il respecterait les siens déclaré principes démocratiques et démissionner, comme la majorité (57%) des Français déclarent qu’ils le souhaiteraient.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette chronique sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Lien source