Skip to content

PARIS – Selon le président français Emmanuel Macron, davantage de pays européens doivent s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélienne de l’Afrique.

« C’est notre volonté d’européaniser la lutte contre le terrorisme au Sahel », a déclaré Macron dans un communiqué à la presse à son arrivée à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, mardi pour participer à un sommet du G5 Sahel que l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et l’UE y participera également.

Le G5 Sahel est un cadre à travers lequel cinq pays africains – Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger – coopèrent dans la lutte contre les groupes terroristes islamistes dans la région et sur les questions de développement. Le sommet de mardi vise à consolider les gains militaires récents, à aider les gouvernements locaux à réaffirmer le contrôle de l’État sur les zones dans lesquelles des terroristes sont présents et à réaffirmer le soutien politique local à l’intervention militaire, selon un responsable du bureau de Macron.

La France est fortement impliquée dans la lutte contre les islamistes de la région depuis le lancement Opération Barkhane en 2014. Macron a fait pression pour une implication militaire européenne accrue aux côtés de ses forces, et bien que le processus ait été long et lent, certains pays européens ont accru leur participation.

« Quand la France s’implique, c’est l’Europe qui s’implique », a déclaré Macron mardi.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez participe au sommet en Mauritanie, et la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre italien Giuseppe Conte et le président du Conseil européen Charles Michel participeront par vidéoconférence, selon Macron.

Un groupe de travail appelé Takuba, principalement composé de forces spéciales européennes, a été lancé en mars 2019. Les déploiements devraient commencer d’ici la fin de 2020, selon une autre personne du bureau de Macron.

Les forces françaises, agissant sur le renseignement américain, tué Abdelmalek Droukdel, le leader d’Al-Qaïda en Afrique du Nord, lors d’une opération au Mali le 3 juin.

« Au cours des six derniers mois, nous avons obtenu de réels succès dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré Macron, ajoutant que c’était grâce à l’intensification du partage d’informations et à la performance des forces armées africaines. «C’est pour consolider ces avancées que je suis ici.»