Skip to content

PARIS (Reuters) – Le président Emmanuel Macron a rendu visite jeudi à Marseille à un médecin français dont les travaux sur un médicament antipaludique ont été promus par le président américain Donald Trump en tant qu'arme potentielle contre le COVID-19, mais a divisé l'opinion médicale.

Macron rend visite à un médecin de Marseille travaillant sur le médicament COVID-19 vanté par Trump

PHOTO DE DOSSIER: Le président français Emmanuel Macron s'entretient avec des travailleurs sociaux et des bénévoles chargés d'assister les personnes âgées de la région lors d'une visite au Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) à La Courneuve près de Paris à l'occasion de la propagation de la maladie à coronavirus (COVID- 19) se poursuit en France, le 7 avril 2020. REUTERS / Gonzalo Fuentes

Macron, qui a rencontré à huis clos le professeur Didier Raoult à son hôpital de Marseille, n'a pas entériné le traitement, a indiqué son bureau, ajoutant qu'il était trop tôt pour que le gouvernement français évalue son efficacité.

"Une visite ne légitime pas un protocole scientifique, une visite marque simplement l’intérêt du chef de l’Etat pour ces essais cliniques, qu’ils soient prometteurs ou non", a expliqué un conseiller présidentiel.

Mais la visite présidentielle est un coup de pouce pour le professeur de Marseille, qui est devenu l'un des médecins les plus connus de France après que son traitement ait été cité dans un tweet de Trump, le qualifiant de "l'un des plus grands changeurs de jeu de l'histoire de la médecine".

Son équipe de recherche a publié des données montrant que sur 80 patients atteints de COVID-19 bénins traités par l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, 93% n'avaient pas de taux détectables de virus après huit jours.

Les médecins ont remis en question la valeur de l'étude de Marseille et de plusieurs articles en provenance de Chine sur le même traitement comme étant trop petit ou mal conçu pour offrir des preuves tangibles du bénéfice.

La plupart ne comparent pas les résultats des patients qui ont reçu les thérapies contre le paludisme avec ceux qui ne l'ont pas considéré comme la mesure la plus fiable de l'efficacité d'un médicament.

La semaine dernière, des médecins à Paris ont rapporté qu'ils avaient tenté de reproduire les résultats de l'étude de Marseille et avaient échoué.

Selon le journal Les Echos, Raoult a donné à Macron les résultats d'une nouvelle étude sur 1061 patients montrant un taux de réussite de 91%.

Interrogé sur le rapport, le conseiller présidentiel a indiqué que Macron avait pris note d'un certain nombre d'éléments présentés par le professeur et qu'il l'examinerait attentivement, notamment lors d'une réunion avec son comité scientifique consultatif.

La France, qui est entrée dans sa quatrième semaine d'un lock-out imposé pour ralentir l'épidémie de coronavirus, a fait état d'un bilan total de 12 210 morts ce jeudi.

Reportage par Marine Pennetier et Michel Rose; Montage par Geert De Clercq et Jonathan Oatis