Macron appelle à une mission de l’AIEA à la centrale nucléaire de Zaporozhye — RT World News

Lors d’un appel téléphonique avec son homologue ukrainien, le président français a également appelé les troupes russes à quitter l’établissement.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il soutenait l’envoi d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporozhye. Moscou, qui accuse Kiev d’avoir bombardé à plusieurs reprises l’installation contrôlée par la Russie, a déclaré qu’elle accueillerait favorablement une telle mission.

Parlant au téléphone avec le président ukrainien Vladimir Zelensky mardi, Macron a exprimé son inquiétude face à la présence de troupes russes à la centrale nucléaire, citant le «menace« posées par leur »présence et action” là. Le dirigeant français a appelé au retrait du personnel militaire de Moscou de l’installation.

Macron a également apporté son soutien à une proposition faite plus tôt par le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, d’envoyer les experts du chien de garde sur le site »dès que possible.

Selon une transcription publiée par le bureau du président français, Macron a discuté des termes d’une telle mission avec son homologue ukrainien.

Les forces russes se sont emparées de la centrale nucléaire de Zaporozhye début mars, peu après que Moscou a lancé la campagne militaire contre son voisin.





Ces dernières semaines, les forces russes ont accusé l’Ukraine d’avoir délibérément bombardé l’installation à plusieurs reprises. Selon Moscou, Kiev risque une catastrophe nucléaire majeure de l’ampleur de l’accident de Tchernobyl en 1986, voire pire.

L’Ukraine nie avec véhémence ces allégations, insistant sur le fait que ce sont les forces russes qui bombardent la centrale électrique pour piéger l’armée ukrainienne – un récit soutenu par les États-Unis et l’UE.

Lundi, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Le responsable russe a fait part de l’inquiétude de Moscou concernant le prétendu bombardement ukrainien de l’installation. Les deux ont discuté “conditions de fonctionnement sûr de la centrale nucléaire de Zaporozhye,» selon un communiqué du ministère russe de la Défense.

Guterres avait précédemment appelé à la création d’une zone démilitarisée autour de l’usine.

Dimanche, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a accusé l’Ukraine et ses alliés occidentaux d’avoir tenté d’empêcher une mission de l’AIEA d’accéder au site. Elle a affirmé que Moscou, en revanche, attend avec impatience l’arrivée des experts internationaux.

Zakharova a déclaré que c’était l’armée ukrainienne qui était «indéniablement» responsable du bombardement de la centrale nucléaire. Dans une interview accordée à RT lundi, Vladimir Rogov, membre de l’administration militaro-civile pro-russe de Zaporozhye, a fait écho à l’évaluation de Zakharova.

Le responsable a affirmé que les responsables ukrainiens et onusiens voulaient éloigner l’équipe de l’AIEA de l’installation nucléaire, car si les experts avaient accès au site, ils arriveraient à la même conclusion que Moscou – que les forces ukrainiennes l’ont bombardé.

La Russie a déjà contacté l’ONU et l’AIEA pour leur demander d’intervenir et d’obliger l’Ukraine à cesser de cibler l’usine.