Skip to content

(Reuters) – Lyft Inc (LYFT.O) a annoncé mardi un ralentissement de la croissance au cours de la nouvelle année, la croissance de l'achalandage ayant stagné au second semestre 2019, décevant les investisseurs et envoyant les actions en baisse de 3,7% après les heures.

Lyft prévoit un ralentissement de la croissance en 2020, laissant le bénéfice cible inchangé

PHOTO DE FICHIER: Un vélo Lyft est présenté sur la liste Lyft sur le Nasdaq lors d'un événement d'introduction en bourse à Los Angeles, Californie, États-Unis, le 29 mars 2019. REUTERS / Mike Blake

Bien que la société de covoiturage ait enregistré un chiffre d'affaires trimestriel record de plus de 1 milliard de dollars, elle n'a pas modifié son objectif de rentabilité sur une base ajustée d'ici la fin de 2021. Cela contrastait avec son plus grand rival, Uber Technologies Inc (UBER.N), qui a avancé la semaine dernière d'un an son propre objectif de rentabilité.

Lyft a déclaré un chiffre d'affaires de 1,02 milliard de dollars au quatrième trimestre, devant les analystes qui s'attendaient à 984 millions de dollars de chiffre d'affaires trimestriel, selon les données IBES de Refinitiv.

Pour l'instant, la société continue de faire des pertes, déclarant une perte nette au quatrième trimestre de 356 millions de dollars, ou une perte de 1,19 $ par action, plus étroite que les analystes ne le prévoient pour une perte par action de 1,38 $.

Lyft opère uniquement aux États-Unis et dans certaines villes canadiennes. Sa base de clients cyclistes actifs au quatrième trimestre est passée à 22,9 millions, contre 22,3 millions au trimestre précédent. Cela se compare aux 111 millions d'utilisateurs mondiaux de la plate-forme active d'Uber au cours de la même période.

Alors que l'achalandage de Lyft a augmenté de plus de 6% au premier semestre 2019, la croissance au deuxième semestre a ralenti pour atteindre environ 2,5%.

La société a déclaré qu'elle s'attend à un chiffre d'affaires compris entre 1,05 milliard et 1,06 milliard de dollars au premier trimestre.

Uber a initialement fait écho à Lyft en disant qu'il serait rentable sur la base du BAIIA ajusté d'ici la fin de 2021. Mais la semaine dernière, la société a avancé cet objectif d'un an, promettant désormais aux investisseurs qu'elle serait rentable sur cette mesure au quatrième trimestre de 2020. .

La mesure du BAIIA ajusté des deux sociétés exclut les frais de rémunération à base d’actions et d’autres éléments. Les paiements fondés sur des actions chez Uber en 2019 se sont élevés à près de 4,6 milliards de dollars, soit environ un tiers des revenus.

La rémunération à base d’actions de Lyft s’élevait à 1,6 milliard de dollars pour toute l’année 2019, soit 44% des revenus sur l’année.

Les deux sociétés ont été introduites en bourse l'année dernière, Lyft en mars, Uber en mai, avec de nombreux premiers employés et investisseurs vendant leurs actions.

Le directeur financier de Lyft, Brian Roberts, dans une interview accordée à Reuters mardi, a déclaré que 2020 avait jeté les bases d'une «croissance plus durable» en 2021 et au-delà.

Uber et Lyft, tous deux basés à San Francisco, poursuivent des routes différentes à la recherche de rentabilité, Uber investissant de l'argent dans des entreprises secondaires qui ont jusqu'à présent perdu de l'argent et Lyft restant concentré uniquement sur le déplacement de personnes.

En janvier, Lyft a réduit de 2% ses effectifs dans son service des ventes et du marketing pour atteindre son objectif de rentabilité, mais a annoncé son intention d'embaucher plus de personnes cette année.

L'entreprise dépense toujours beaucoup, avec des coûts totaux en 2019 atteignant 6,3 milliards de dollars.

Uber et Lyft ont toujours compté sur de lourdes subventions pour attirer les coureurs.

Lyft en octobre a déclaré qu'un nombre croissant de clients payaient le plein prix, les remises et les incitations promotionnelles diminuant.

Roberts a déclaré mardi que Lyft se concentrerait sur une croissance rentable.

"Nous voulons gagner sur l'innovation, l'expérience client et la réputation de la marque, pas sur les coupons ou les remises", a-t-il déclaré.

Mais le chef de la direction d'Uber, Dara Khosrowshahi, a déclaré aux investisseurs lors d'un appel de résultats jeudi que Lyft avait été plus agressif au cours du dernier mois en accordant des remises pour attirer des clients.

Reportage de Tina Bellon à New York et Akanksha Rana à Bangalore; Montage par Matthew Lewis

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *