L’Université de Leeds “profondément inquiète” pour un étudiant condamné à 34 ans de prison en Arabie saoudite |  Nouvelles du Royaume-Uni

L’université de Leeds se dit “profondément préoccupée” qu’un de ses étudiants ait été condamné à 34 ans de prison en Arabie saoudite pour avoir suivi des militants et des dissidents sur Twitter.

La militante des droits de l’homme Salma al-Shehab a été a prononcé la peine dans une décision décriée par les militants qui disent que c’était “la plus longue émise contre des militants féminins ou masculins”.

Elle avait initialement été condamnée à trois ans de prison pour avoir utilisé Internet pour “provoquer des troubles publics et déstabiliser la sécurité civile et nationale” – mais a reçu la nouvelle peine lundi après qu’une cour d’appel a été invitée à examiner d’autres crimes présumés.

Un porte-parole de l’Université de Leeds a déclaré: “Nous sommes profondément préoccupés d’apprendre ce développement récent dans le cas de Salma et nous cherchons des conseils pour savoir si nous pouvons faire quelque chose pour la soutenir.

“Nos pensées vont à Salma, sa famille et ses amis au sein de notre communauté soudée de chercheurs de troisième cycle.”

La femme de 34 ans est chercheuse de troisième cycle en dernière année de ses études de doctorat à la faculté de médecine de l’Université de Leeds.

La mère mariée de deux enfants, également condamnée à une interdiction de voyager de 34 ans, a été arrêtée en janvier 2021 alors qu’elle était en vacances à Arabie Saoudite.

L’Organisation saoudienne européenne des droits de l’homme (ESOHR) a déclaré : « Bien que tous les niveaux de litige n’aient pas été appliqués, cette décision crée un dangereux précédent pour les militantes et les défenseurs des droits humains.

“Le ministère public l’a accusée de plusieurs chefs d’accusation, notamment d’atteinte à la sécurité de la société et à la stabilité de l’État, de propagation de la sédition, d’aide à ceux qui cherchent à troubler l’ordre public et de diffusion de rumeurs fausses et malveillantes sur Twitter.”

L’organisation a déclaré que la phrase “révèle que les récentes mesures prises par le gouvernement saoudien dans le dossier des droits des femmes ne sont pas sérieuses et relèvent des campagnes de blanchiment qu’il mène pour améliorer son piètre bilan en matière de droits humains”.

Twitter n’a jusqu’à présent pas commenté l’affaire – alors que l’on pense que Salma pourrait faire appel de la décision, a rapporté The Guardian.