Skip to content

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, donne une conférence de presse après une conférence vidéo au sommet de l'UE pour discuter des mesures visant à lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19 causée par le nouveau coronavirus, à Bruxelles, le 23 avril 2020.

OLIVIER HOSLET

L'Union européenne se contractera de 7,5% en 2020, la pandémie de coronavirus provoquant le pire choc économique depuis la Grande Dépression dans les années 1930, a annoncé mercredi la Commission européenne.

L'organe exécutif de l'UE a publié ses dernières prévisions économiques – les premières estimations depuis que les pays européens ont introduit des mesures de verrouillage pour arrêter la propagation du virus. En février, la Commission européenne a estimé cette année une augmentation de 1,4% du PIB de l'UE.

"Alors que les retombées immédiates seront beaucoup plus graves pour l'économie mondiale que la crise financière, la profondeur de l'impact dépendra de l'évolution de la pandémie, de notre capacité à redémarrer en toute sécurité l'activité économique et à rebondir par la suite", Valdis Dombrovskis, vice -président des affaires économiques a déclaré dans un communiqué.

Les gouvernements européens travaillent sur des plans pour lever les mesures de confinement après plusieurs semaines de verrouillage. L'Italie, le Portugal, la Grèce, l'Allemagne et l'Autriche ne sont que quelques-uns des pays qui ont commencé à lever certaines de leurs restrictions respectives.

Cependant, la réouverture des économies se fait progressivement, ce qui signifie que leur activité commerciale globale sera impactée pour les mois à venir.

"L'Europe connaît un choc économique sans précédent depuis la Grande Dépression", a déclaré Paolo Gentiloni, commissaire européen chargé de l'économie, dans un communiqué.

"Tant la profondeur de la récession que la force de la reprise seront inégales … Cette divergence constitue une menace pour le marché unique et la zone euro", a-t-il déclaré, appelant les gouvernements européens à prendre des mesures décisives.

La Commission européenne travaille actuellement sur de nouveaux stimulants économiques dans la région. Une proposition pour un soi-disant fonds de relance est attendue dans les prochains jours. Gentiloni a suggéré que le fonds pourrait atteindre 1,5 billion d'euros (1,62 billion de dollars).

Le PIB de l'Italie devrait chuter de plus de 9% cette année

L'Italie, qui a été l'un des pays les plus durement touchés dans le monde par la pandémie, devrait reculer de 9,5% cette année.

Il s'agit de la deuxième plus mauvaise performance de la zone euro, après la Grèce, qui devrait se contracter de 9,7%.

"La pandémie de COVID-19 et les mesures de confinement associées devraient entraîner l'économie italienne dans une profonde récession", a indiqué la Commission dans ses prévisions.

L'institution basée à Bruxelles estime que la production réelle s'est contractée de 18% au premier semestre 2020, mais elle prévoit un rebond au cours du second semestre.

Selon la Commission, la dette publique italienne devrait atteindre 158,9% du PIB cette année et son déficit public devrait grimper à 11,1%

La pandémie devrait également ralentir le moteur de la croissance en Europe. L'Allemagne devrait reculer de 6,5% en 2020.