Lula remporte les élections brésiliennes, Bolsonaro n’a pas cédé

  • Le dirigeant de gauche brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a battu de justesse le président Jair Bolsonaro lors d’un second tour.
  • La Cour suprême électorale (TSE) a déclaré Lula prochain président, avec 50,9 % des voix contre 49,1 % pour Bolsonaro.
  • L’investiture de Lula, 77 ans, est prévue pour le 1er janvier.

Le dirigeant de gauche brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a battu de justesse le président Jair Bolsonaro lors d’un second tour des élections, mais le président sortant d’extrême droite n’a pas concédé sa défaite dimanche soir, faisant craindre qu’il ne conteste le résultat.

La Cour suprême électorale (TSE) a déclaré Lula prochain président, avec 50,9 % des voix contre 49,1 % pour Bolsonaro. L’investiture de Lula, 77 ans, est prévue pour le 1er janvier.

Ce fut un retour étonnant pour l’ancien président de gauche et un coup dur pour Bolsonaro, le premier président sortant brésilien à perdre une élection présidentielle.

Lula a déclaré à des dizaines de milliers de supporters en liesse célébrant sa victoire sur l’avenue Paulista de Sao Paulo :

Jusqu’à présent, Bolsonaro ne m’a pas appelé pour reconnaître ma victoire, et je ne sais pas s’il appellera ou s’il reconnaîtra ma victoire.

Une source de la campagne de Bolsonaro a déclaré à Reuters que le président ne ferait pas de remarques publiques avant lundi. La campagne Bolsonaro n’a pas répondu à une demande de commentaire.

L’année dernière, Bolsonaro a ouvertement discuté de son refus d’accepter les résultats du vote, affirmant sans fondement que le système de vote électronique du Brésil était vulnérable à la fraude.

Une proche alliée de Bolsonaro, la législatrice Carla Zambelli, dans un clin d’œil apparent aux résultats, a écrit sur Twitter : “JE VOUS PROMETS, je serai la plus grande opposition que Lula ait jamais imaginée”.

Les marchés financiers pourraient connaître une semaine volatile, les investisseurs évaluant les spéculations sur le cabinet de Lula et le risque que Bolsonaro remette en question les résultats.

Le vote a été une réprimande pour le populisme d’extrême droite fougueux de Bolsonaro, qui a émergé des banquettes arrière du Congrès pour forger une nouvelle coalition conservatrice, mais a perdu son soutien alors que le Brésil enregistrait l’un des pires bilans de la pandémie de coronavirus.

Le président américain Joe Biden a félicité Lula pour avoir remporté “des élections libres, équitables et crédibles”, se joignant à un chœur de compliments des dirigeants européens et latino-américains.

Les observateurs électoraux internationaux ont déclaré que l’élection de dimanche s’était déroulée de manière efficace. Un observateur a déclaré à Reuters que les auditeurs militaires n’avaient trouvé aucune faille dans les tests d’intégrité qu’ils avaient effectués sur le système de vote.

Des camionneurs soupçonnés d’être des partisans de Bolsonaro ont bloqué dimanche une autoroute à quatre endroits dans l’État du Mato Grosso, un important producteur de céréales, selon l’exploitant de l’autoroute.

Dans une vidéo circulant en ligne, un homme a déclaré que les camionneurs prévoyaient de bloquer les principales autoroutes du pays, appelant à un coup d’État militaire pour empêcher Lula de prendre ses fonctions.

Marée rose montante

La victoire de Lula consolide une nouvelle “marée rose” en Amérique latine, après des victoires historiques de la gauche aux élections en Colombie et au Chili, faisant écho à un changement politique régional il y a deux décennies qui a introduit Lula sur la scène mondiale.

Il a promis un retour à la croissance économique et aux politiques sociales axées sur l’État qui ont aidé des millions de personnes à sortir de la pauvreté pendant deux mandats présidentiels de 2003 à 2010. Il promet également de lutter contre la destruction de la forêt amazonienne, maintenant à son plus haut niveau depuis 15 ans, et faire du Brésil un leader dans les négociations mondiales sur le climat.

“Ce furent quatre ans de haine, de négation de la science”, a déclaré Ana Valeria Doria, 60 ans, médecin à Rio de Janeiro, qui a célébré autour d’un verre. “Ce ne sera pas facile pour Lula de gérer la division dans ce pays. Mais pour l’instant c’est du pur bonheur.”

Ancien dirigeant syndical né dans la pauvreté, Lula a organisé des grèves contre le gouvernement militaire brésilien dans les années 1970. Sa présidence de deux mandats a été marquée par un boom économique tiré par les matières premières et il a quitté ses fonctions avec une popularité record.

Cependant, son Parti des travailleurs a ensuite été marqué par une profonde récession et un scandale de corruption record qui l’a emprisonné pendant 19 mois pour corruption, qui ont été annulés par la Cour suprême l’année dernière.