Dernières Nouvelles | News 24

L’Ukraine utilise cette simple astuce pour nuire à l’UE — RT World News

Les frappes contre la centrale nucléaire de Zaporozhye sont exploitées pour réclamer des sanctions qui pourraient avoir un impact sur l’Europe occidentale.

L’Ukraine affirme qu’à la suite des récentes attaques de drones non attribuées contre la centrale nucléaire de Zaporozhye, Moscou n’a qu’à la rendre. Bien entendu, Kiev n’a rien à voir avec cela. Il ne fait aucun doute que c’était simplement le Fantôme de Kiev et les Héros de Snake Island qui faisaient leur retour après avoir passé un certain temps à consulter Hollywood sur de nouvelles franchises de super-héros.

La Russie s’est dite préoccupée par le fait que l’Ukraine attaque à nouveau l’usine lors d’une série d’incidents au cours de la semaine dernière. En niant cela, Kiev a publié une déclaration dans laquelle il s’adressait « récentes provocations russes à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia » – mais a ensuite éludé la question des attaques elles-mêmes. « La seule source de menaces [to the nuclear powerplant] a été et reste les actions illégales et criminelles des envahisseurs russes », Ça disait.

« Nous insistons une fois de plus sur le fait que [the nuclear power plant] être restitué sous le contrôle de son propriétaire légitime, l’Ukraine, et la Russie être tenue responsable de tous ses crimes. » Vous insinuez donc que la Russie veut faire exploser une centrale nucléaire qu’elle contrôle, et que si elle la rend, elle cessera soudainement de vouloir la faire exploser ? Parce que c’est logique.

Dans sa déclaration, le ministère des Affaires étrangères de l’Ukraine fait référence à de vagues menaces en matière de sécurité nucléaire « créé par la Russie », mais il a enterré le lede en faisant appel à ses « les partenaires » de sanctionner le secteur russe de l’énergie atomique tout en bas du communiqué de presse.





Comme c’est pratique. Il se trouve que le secteur russe de l’énergie atomique est pratiquement à l’abri des sanctions. Alors même que le président français Emmanuel Macron parlait récemment d’envoyer des troupes pour combattre la Russie, une coentreprise d’innovation est en cours entre les ingénieurs français et russes des sociétés publiques de l’énergie atomique Rosatom et Framatome. Le chef de l’Agence mondiale de l’énergie atomique a même mis en garde contre toute mesure stupide en matière de sanctions contre la Russie dans le secteur de l’énergie nucléaire. « Je mettrais en garde contre ce point de la bonne énergie nucléaire contre la mauvaise énergie nucléaire », » a déclaré le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, lors d’un sommet sur l’énergie atomique le mois dernier. « Je ne pense pas que ce soit ce dont nous avons besoin sur le marché mondial de l’énergie. » L’Allemagne n’est pas contente que la France et la Russie travaillent ensemble sur l’énergie nucléaire, selon Bloomberg. Avant le conflit en Ukraine, Berlin luttait contre l’énergie nucléaire française bon marché au niveau de l’UE afin de rendre l’économie française moins compétitive, ou du moins d’améliorer ses propres perspectives après avoir misé « à fond » sur l’énergie verte. Il a été clairement démontré que ce n’était pas prêt pour les heures de grande écoute après que l’Allemagne ait ignoré l’explosion de Nord Stream ainsi que son approvisionnement bon marché en gaz russe. Aujourd’hui, les États-Unis séduisent l’industrie verte allemande avec des promesses d’essence abondante et d’allégements fiscaux dans le cadre de la loi sur la réduction de l’inflation de Biden. Dans le même temps, l’Allemagne importe désormais l’énergie nucléaire française, partenaire de la Russie, qu’elle cherche depuis longtemps à compromettre sous prétexte qu’elle est mauvaise pour la planète, tout en recourant à l’appoint de ses propres centrales au charbon.

Berlin ne semble donc pas être le meilleur conseiller en matière de stratégie énergétique. La France, cependant, a au moins eu un minimum d’auto-préservation avant qu’il ne soit trop tard, Macron effectuant un virage à 180 degrés (ou 360 degrés si vous êtes la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock) et redynamisant son propre pays déclassé. les centrales nucléaires ont reculé lorsqu’elles ont réalisé que Nord Stream était mort. Mais la dernière déclaration de Kiev exigeant des sanctions contre le secteur nucléaire russe suggère qu’elle fait pression sur Paris pour qu’il abandonne ce qui lui reste de bon sens.

Si quelqu’un ne savait pas que l’énergie nucléaire russe était une obsession de Kiev, sachez que son service de renseignement (le SBU) vient également d’arrêter à Kharkov six ingénieurs concepteurs accusés d’avoir coopéré avec Rosatom, par l’intermédiaire d’un sous-traitant, au prétendu complot d’intégration du nucléaire russe. La centrale de Zaporozhye dans le réseau nucléaire russe, selon le SBU service de presse.



Borrell de l'UE met en garde contre un « désastre nucléaire potentiel » en Russie

Malgré ces détails, les sponsors occidentaux de Kiev semblent vouloir mettre en valeur l’aura de « incertitude » autour des attaques de drones de la centrale électrique de Zaporozhye pour tenter de convaincre la Russie de faire une randonnée. « La Russie joue un jeu très dangereux en s’emparant militairement de la centrale nucléaire ukrainienne. » Matthew Miller, porte-parole du Département d’État dit. Alors peut-être dites simplement à vos amis ukrainiens d’arrêter, alors ? Ou bien les États-Unis s’empressent-ils d’attribuer tout futur désastre nucléaire potentiel à l’un des soi-disant « groupes pro-ukrainiens » – du genre que des responsables américains non identifiés ont commodément accusé, via des fuites dans la presse occidentale, d’avoir supprimé Nord Stream ?

« Les attaques imprudentes de drones contre la centrale nucléaire de Zaporizhzhia augmentent le risque d’un dangereux accident nucléaire. De telles attaques doivent cesser… La Russie doit se retirer de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia », » a tweeté le chef de la diplomatie européenne Joseph Borrell. Ouais, il ne semble pas du tout que vous partagiez tous des points de discussion ou quoi que ce soit.

Ce qui est flagrant, c’est qu’aucun des soutiens occidentaux de Kiev ne prétend que la Russie a attaqué ses propres actifs avec des drones, sur un territoire qu’elle contrôle. Je suppose que cela semblerait un peu trop stupide. Au lieu de cela, ils sous-entendent que la présence de la Russie pourrait finir par justifier une catastrophe nucléaire. Ce qui est super intelligent !

Mais en se prêtant au jeu du blâme russe de Kiev, comme les parents indulgents d’un enfant indiscipliné, les figures de proue de l’establishment occidental ne réalisent peut-être pas comment le ciblage par Kiev de l’industrie nucléaire russe pourrait, une fois de plus, les amener à nuire à leurs propres intérêts critiques. « pour l’Ukraine ». Non pas que cela serait plus important que les retombées nucléaires, qui semblent pouvoir être facilement évitées avec une fessée, un temps mort et la suspension des droits.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette chronique sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Lien source