Skip to content
L’UE va renvoyer la Slovénie devant la Cour européenne de justice pour eaux usées

La Commission européenne a déclaré qu’elle déférerait la Slovénie devant la Cour européenne de justice pour non-respect des exigences de la directive sur le traitement des eaux urbaines résiduaires.

La directive oblige les États membres à garantir que les agglomérations urbaines – villes, agglomérations – collectent et traitent correctement leurs eaux usées, éliminant ou réduisant ainsi tous leurs effets indésirables, a déclaré la Commission dans un communiqué de presse du 18 février.

Le Green Deal européen oriente l’UE vers une ambition zéro pollution. La mise en œuvre intégrale des normes inscrites dans la législation de l’UE est importante pour protéger efficacement la santé humaine et sauvegarder l’environnement naturel.

Selon la Commission, la Slovénie aurait dû se conformer pleinement aux exigences de la directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires depuis 2016, conformément à ses accords au titre du traité d’adhésion. Cependant, quatre agglomérations de plus de 10 000 habitants (Ljubljana, Trbovlje, Kočevje et Loka) ne satisfont pas à ces exigences car les eaux urbaines résiduaires entrant dans les systèmes de collecte ne sont pas soumises au niveau de traitement approprié avant d’être rejetées.

En outre, les agglomérations de Kočevje, Trbovlje et Loka ne satisfont pas aux exigences supplémentaires de la directive relatives aux zones sensibles, car les eaux usées urbaines entrant dans les systèmes de collecte ne sont pas soumises à un traitement plus strict avant d’être rejetées dans ces zones, indique le communiqué de presse.

La Commission a déclaré avoir envoyé une lettre de mise en demeure aux autorités slovènes en février 2017, suivie d’un avis motivé en 2019. Bien que les autorités slovènes aient partagé des données de surveillance visant à démontrer le respect des exigences de la directive, les lacunes et les lacunes de celle-ci identifiées ont conduit la Commission à conclure que les autorités n’ont pas prouvé la conformité des agglomérations susmentionnées.