L’UE salue le retour des États-Unis à l’accord de Paris sur le changement climatique

Suite à l’investiture du président américain Joe Biden le 20 janvier, les hauts responsables de l’UE ont salué la décision de la nouvelle administration américaine de rejoindre à nouveau l’Accord de Paris sur le changement climatique.

«L’Union européenne salue la décision du président Biden pour les États-Unis d’adhérer à nouveau à l’accord de Paris sur le changement climatique», vice-président exécutif de l’UE Frans Timmermans et haut représentant / vice-président Josep Borrell dit dans une déclaration commune. «Nous sommes impatients d’avoir à nouveau les États-Unis à nos côtés pour diriger les efforts mondiaux de lutte contre la crise climatique. La crise climatique est le défi déterminant de notre époque et elle ne peut être relevée qu’en unissant toutes nos forces. L’action climatique est notre responsabilité mondiale collective », lit-on dans le communiqué.

Biden a signé un décret à la Maison Blanche quelques heures seulement après avoir prêté serment, pour inverser le retrait de l’administration précédente de l’accord de 2015, qui vise à limiter le réchauffement climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Timmermans et Borrell ont déclaré que la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow en novembre sera un moment crucial pour accroître l’ambition mondiale, et que le bloc utilisera les prochaines réunions du G7 et du G20 pour y parvenir. «Nous sommes convaincus que si tous les pays se joignent à une course mondiale à zéro émission, la planète entière gagnera», lit-on dans la déclaration conjointe de l’UE. L’année dernière, l’ONU a été contrainte de reporter la COP26 en raison de la pandémie.

Le secrétaire général de l’ONU António Guterres a également déclaré qu’il attend avec impatience une ère de nouveau leadership pour accélérer l’action climatique. «Je salue chaleureusement les mesures prises par le président Biden pour rentrer dans l’Accord de Paris sur le changement climatique et rejoindre la coalition grandissante de gouvernements, de villes, d’États, d’entreprises et de citoyens prenant des mesures ambitieuses pour faire face à la crise climatique», a déclaré le chef de l’ONU dans un communiqué publié. sur le site Web des Nations Unies.

Les États-Unis figuraient parmi les 194 pays qui ont signé l’accord en décembre 2015 sous la présidence de l’époque, Barack Obama. Deux ans plus tard, l’administration Trump a annoncé que le pays se retirerait du traité: une décision qui est entrée en vigueur en novembre dernier.

Un nouvel instrument d’acceptation de l’Accord de Paris par les États-Unis, exprimant leur consentement à être liés par l’Accord, a été déposé auprès du Secrétaire général plus tard dans la journée.

Selon le porte-parole du chef de l’ONU, l’Accord de Paris entrera en vigueur pour les États-Unis le 19 février 2021, conformément à son article 21 (3), a indiqué l’ONU sur son site Internet.

L’Accord de Paris oblige les gouvernements à s’engager dans une action climatique de plus en plus ambitieuse par le biais de plans appelés contributions déterminées au niveau national (CDN).

Le Secrétaire général a rappelé que les pays qui produisent la moitié de toute la pollution mondiale par le carbone se sont engagés à respecter la neutralité carbone, ou zéro émission nette, à la suite d’un sommet tenu le mois dernier. «L’engagement pris aujourd’hui par le président Biden porte ce chiffre aux deux tiers. Mais il y a un très long chemin à parcourir », a-t-il déclaré. «La crise climatique continue de s’aggraver, et le temps presse pour limiter la hausse de température à 1,5 degré Celsius et construire des sociétés plus résilientes au climat qui aident à protéger les plus vulnérables.»

Le Secrétaire général a souligné son engagement à travailler avec le nouveau président américain et d’autres dirigeants mondiaux pour faire face à la crise climatique et à la reprise du COVID-19.