Dernières Nouvelles | News 24

L’UE pourrait réglementer Telegram – Bloomberg – RT World News

Bruxelles envisagerait de soumettre la plateforme russe à ses lois sur la « désinformation »

Les responsables de l’UE envisagent d’inscrire Telegram comme « très grande plateforme en ligne » une décision qui soumettrait l’application de messagerie axée sur la confidentialité à des règles de censure strictes, a rapporté Bloomberg mardi.

Le rapport de Bloomberg cite des sources anonymes qui affirment que Bruxelles a contacté Telegram dans le but de déterminer combien de personnes utilisent régulièrement la plateforme. Telegram affirme compter environ 41 millions d’utilisateurs actifs par mois, un chiffre qui le place en dessous du seuil de 45 millions d’utilisateurs fixé par l’UE pour une réglementation stricte en vertu de sa loi sur les services numériques (DSA).

La Commission européenne en compte actuellement 19 « de très grandes plateformes en ligne » et les moteurs de recherche, notamment Amazon, Facebook, Instagram et TikTok.

Selon les termes du DSA, ces plateformes doivent étiqueter toutes les publicités comme telles, éviter de cibler les publicités sur les utilisateurs en fonction de « données sensibles » tels que leur appartenance ethnique, leur sexualité ou leur orientation politique, et intègrent des fonctionnalités pour protéger les « vie privée, sécurité et sûreté des mineurs » selon la Commission européenne.





Les plateformes sont également tenues de restreindre le « diffusion de contenus illégaux » et « lutter contre la propagation de la désinformation. » Le texte entier du DSA mentionne le mot « désinformation » 13 fois sans le définir. Les militants de la liberté d’expression ont fait valoir que le terme est souvent utilisé par les gouvernements pour faire taire des récits factuellement corrects mais politiquement gênants.

Le DSA est entré en vigueur plus tôt cette année et permet à l’UE d’imposer une amende aux plateformes pouvant atteindre 6 % de leur chiffre d’affaires annuel mondial si elles enfreignent ses règles. La loi permet également d’interdire aux récidivistes d’opérer dans le bloc.

Le propriétaire d’origine russe de Telegram, Pavel Durov, a insisté sur le fait qu’il respectait les droits des utilisateurs de Telegram à la vie privée et à la liberté d’expression. Dans une interview avec le journaliste américain Tucker Carlson publiée le mois dernier, Durov a déclaré qu’il refusait les demandes de partage de données d’utilisateurs avec le gouvernement américain ou de mise en place d’une soi-disant surveillance. « portes dérobées » dans la plateforme.

Comme WhatsApp ou Messenger, Telegram permet aux utilisateurs d’envoyer des messages privés et de groupe. Contrairement à ses concurrents américains, il permet également aux utilisateurs de créer des « chaînes » pour diffuser des informations et des mises à jour aux abonnés. Le mois dernier, le principal espion ukrainien, Kirill Budanov, a critiqué Telegram pour avoir autorisé des chaînes anonymes à publier des informations sur le conflit, en violation du régime de censure de Kiev.

Selon les statistiques compilées par SimilarWeb, Telegram est l’application de messagerie la plus populaire en Ukraine. Boudanov a soutenu que cela pose un problème « énorme problème » aux efforts de Kiev pour limiter le flux d’informations préjudiciables en provenance du champ de bataille.

Lien source