Skip to content

L’aide d’État de 95 millions d’euros accordée par la Pologne à la société chimique LG Chem Group pour investir dans l’expansion de son usine de production de cellules de batterie pour véhicules électriques (VE) à Biskupice Podgórne dans la région de Dolnośląskie en Pologne a incité la Commission européenne à ouvrir une enquête approfondie pour évaluer s’il est conforme aux règles de l’UE.

«Les règles de l’UE en matière d’aides d’État permettent aux États membres de favoriser la croissance économique dans les régions défavorisées d’Europe», a déclaré le commissaire à la politique de la concurrence. «Dans le même temps, nous devons nous assurer que l’aide est vraiment nécessaire pour attirer les investissements privés dans la région concernée, et éviter que le bénéficiaire de l’aide n’obtienne un avantage injuste sur ses concurrents au détriment des contribuables. Nous examinerons attentivement si le soutien de la Pologne était nécessaire pour déclencher la décision de LG Chem d’agrandir son usine de production de cellules existante en Pologne, s’il est réduit au minimum nécessaire et ne fausse pas la concurrence ou ne nuit pas à la cohésion dans l’UE », a-t-elle ajouté.

En 2017, LG Chem a décidé d’investir plus d’un milliard d’euros dans l’expansion de sa capacité de production de cellules lithium-ion et de modules et packs de batteries pour véhicules électriques dans son usine existante dans la région de Dolnośląskie en Pologne.

En 2019, la Pologne a notifié à la Commission son intention d’accorder 95 millions d’euros d’aide publique à l’expansion. À ce stade, la Commission doute que l’aide publique prévue soit conforme à tous les critères pertinents des lignes directrices pour les aides régionales. En particulier, il doute que la mesure ait un « effet d’incitation »; il doute de la contribution du soutien public au développement régional et de son caractère approprié et proportionné; et il ne peut pas exclure à ce stade que l’aide publique dépasse l’intensité d’aide maximale autorisée pour le projet, a déclaré la Commission dans un communiqué de presse.

La Commission a déclaré qu’elle allait maintenant enquêter plus avant pour déterminer si les préoccupations initiales sont confirmées. L’ouverture d’une enquête approfondie donne à la Pologne et aux tiers intéressés la possibilité de présenter des observations sur la mesure. Il ne préjuge en aucun cas de l’issue de l’enquête.