Skip to content

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager, s’entretient avec les médias à Bruxelles, en Belgique.

Thierry Monasse | Actualités Getty Images | Getty Images

La bataille entre la Commission européenne et Apple sur la fiscalité n’est pas encore terminé.

Vendredi, la Commission, qui est le bras exécutif de l’UE, a annoncé qu’elle ferait appel d’une décision de justice impliquant Apple et l’Irlande.

Le tribunal général de l’UE a jugé en juillet que la Commission n’avait pas prouvé que le gouvernement irlandais avait accordé un avantage fiscal au géant de la technologie. L’équipe de la Commission, dirigée par la chef de la concurrence de l’UE, Margrethe Vestager, a fait valoir en 2016 qu’Apple devait rembourser 13 milliards d’euros (15,17 milliards de dollars) d’impôts impayés à l’Irlande, après que cette dernière ait accordé des «avantages fiscaux indus» à l’entreprise. Cependant, le gouvernement irlandais et le géant de la technologie ont contesté l’allégation.

La Commission va maintenant porter l’affaire devant la plus haute juridiction d’Europe.

« La Commission a décidé de faire appel devant la Cour européenne de justice de l’arrêt du Tribunal de juillet 2020 sur l’affaire des aides d’État Apple en Irlande », a déclaré Margrethe Vestager, responsable de la politique de concurrence dans l’UE, dans un communiqué.

La décision de juillet a contesté la manière dont la Commission utilise la politique des aides d’État pour lutter contre les accords non concurrentiels entre les gouvernements et les entreprises, en lui demandant de présenter plus de preuves dans ces situations – une tâche potentiellement longue et compliquée.

Néanmoins, l’UE a fait valoir à l’époque qu’elle continuerait à envisager des mesures de planification fiscale agressive dans le cadre des règles de l’UE en matière d’aides d’État.

Il s’agit d’une nouvelle de dernière heure et elle est en cours de mise à jour.