Skip to content
L’offre possible est distincte des négociations commerciales en cours. – PA

Les Britanniques vivant dans l’UE à la fin de la période de transition du Brexit se verront accorder des droits de libre circulation supplémentaires dans le cadre de plans envisagés par Bruxelles.

Les responsables de la Commission européenne réfléchissent à des projets qui permettront aux citoyens britanniques vivant dans un pays de l’UE à la fin de la date limite de 2020 de s’installer et de travailler dans un autre pays du bloc de la même manière que les citoyens de l’UE.

L’offre unilatérale devrait s’accompagner de conditions telles que l’obligation de démontrer cinq ans de résidence continue dans l’UE.

Les détails de l’offre sur la libre circulation ultérieure ont été expliqués lors d’une réunion jeudi de la commission mixte spécialisée UE-Royaume-Uni sur les droits des citoyens, a rapporté Politico.

« Nous avons reçu de bonnes nouvelles en combinant notre statut d’accord de retrait avec d’autres statuts d’immigration de l’UE, ce qui devrait donner à certains citoyens britanniques dans l’UE d’autres droits à la mobilité », a déclaré Fiona Godfrey, coprésidente de la campagne Les Britanniques en Europe.

«Nous avons maintenant besoin de clarté sur la manière dont ces droits seront attestés.»

Il y a environ 1,1 million de citoyens britanniques vivant dans l’UE. Aux termes de l’accord de retrait, ils ne se verraient accorder des droits de séjour que dans le pays de l’UE dans lequel ils vivaient, plutôt que de conserver les droits de libre circulation pour l’ensemble du bloc.

Les citoyens de l’UE vivant au Royaume-Uni doivent demander un statut d’établissement pour garantir leurs droits de résidence en Grande-Bretagne. Il y a eu 3,7 millions de demandes et d’autres sont attendues avant la date limite du 30 juin de l’année prochaine.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré: «Les droits des citoyens ont été une priorité absolue et l’accord de retrait protège les droits des ressortissants britanniques vivant dans l’UE d’ici la fin de la période de transition le 31 décembre 2020, garantissant ainsi qu’ils puissent continuer à vivre leur vie. dans l’UE au sens large comme avant. »