L'UE approuve une législation européenne plus stricte sur le droit d'auteur pour Google et Facebook

0 55

BRUXELLES (Reuters) – Google doit payer les coupures de presse et Facebook filtre les contenus protégés par le droit d'auteur en fonction des nouvelles règles en matière de droits d'auteur, afin de garantir une compensation équitable de 1 billion de dollars des industries de la création.

FILE FILE: Une représentation plastique 3D du logo Facebook est visible à Zenica, en Bosnie-Herzégovine, le 13 mai 2015, devant les câbles montrés. REUTERS / Dado Ruvic / Fichier Photo

Lundi, les gouvernements de l'UE ont soutenu la décision de la Commission européenne de protéger les industries créatives européennes, qui emploient 11,7 millions de personnes il y a deux ans.

"Lorsqu'il s'agit de réaliser le marché unique numérique européen, la réforme du droit d'auteur est la pièce manquante du puzzle", a déclaré le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, dans un communiqué.

En vertu des nouvelles règles, Google et les autres plates-formes en ligne doivent signer des contrats de licence avec des musiciens, des artistes, des auteurs, des éditeurs de journaux et des journalistes pour utiliser leurs travaux.

Le mois dernier, le Parlement européen a donné son feu vert à une proposition visant à associer les industries créatives européennes aux entreprises technologiques, aux activistes de l'Internet et aux groupes de consommateurs.

Wikipedia a obscurci plusieurs sites européens en signe de protestation le mois dernier, tandis que la Finlande, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède se sont opposés au changement.

Mais 19 pays, dont la France et l'Allemagne, ont approuvé la transformation, tandis que la Belgique, l'Estonie et la Slovénie se sont abstenues.

Le nouveau régime de Google requiert YouTube, Instagram et d'autres plateformes de partage de partage Facebook pour empêcher les utilisateurs de télécharger des contenus protégés par le droit d'auteur.

Google a déclaré que les nouvelles règles nuiraient à l'économie créative et numérique de l'Europe, tandis que les critiques ont affirmé qu'elles toucheraient les petites entreprises moins solvables que les géants de la technologie.

La Pologne a déclaré que cette refonte constituait un pas en arrière, dans la mesure où les exigences de filtrage pourraient constituer la base de la censure.

La législatrice européenne du Parti pirate européen, Julia Reda, qui s'est opposée aux réformes, a déclaré que les critiques pourraient porter l'affaire devant les tribunaux, mais que ce serait lent et difficile, et le meilleur serait une application juste.

L’European Magazine Media Association, l’Association européenne des éditeurs de journaux, le Conseil des éditeurs européens, News Media Europe et le groupe de pression indépendant des labels de musique Impala ont salué cette décision.

Les pays de l'UE ont deux ans pour transposer la directive sur le droit d'auteur dans leur droit national.

Reportage de Foo Yun Chee; Arrangement de Philip Blenkinsop et Alexander Smith

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More