L’UE approuve jusqu’à 5,2 milliards de dollars de financement public pour des projets d’hydrogène

Une partie d’un train à hydrogène photographié en Allemagne le 24 août 2022. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a exprimé son soutien à l’hydrogène lors de son discours sur l’état de l’Union le 14 septembre.

Carmen Jaspersen | AFP | Getty Images

La Commission européenne a approuvé mercredi jusqu’à 5,2 milliards d’euros (environ 5,2 milliards de dollars) de financement public pour des projets d’hydrogène, une décision qui, selon elle, pourrait débloquer 7 milliards d’euros supplémentaires d’investissements du secteur privé.

La branche exécutive de l’UE a déclaré que le projet phare du bloc visant à soutenir la recherche, le déploiement et la construction d’infrastructures d’hydrogène, appelé IPCEI Hy2Use, avait été préparé par 13 États membres qui fourniront le financement public.

Selon la commission, IPCEI Hy2Use verra 29 entreprises participer à 35 projets.

La commission a déclaré que l’IPCEI Hy2Use soutiendrait la construction “d’électrolyseurs à grande échelle et d’infrastructures de transport, pour la production, le stockage et le transport d’hydrogène renouvelable et à faible émission de carbone”.

L’initiative se concentrera sur le développement de “technologies innovantes et plus durables pour l’intégration de l’hydrogène dans les processus industriels de multiples secteurs” comme le verre, le ciment et acier.

“L’IPCEI devrait stimuler l’approvisionnement en hydrogène renouvelable et à faible émission de carbone, réduisant ainsi la dépendance à l’approvisionnement en gaz naturel”, a déclaré la commission.

En savoir plus sur l’énergie de CNBC Pro

Décrit par l’Agence internationale de l’énergie comme un « vecteur énergétique polyvalent », l’hydrogène a une gamme variée d’applications et peut être déployé dans un large éventail d’industries.

Il peut être produit de plusieurs façons. Une méthode comprend l’électrolyse, avec un courant électrique séparant l’eau en oxygène et en hydrogène.

Si l’électricité utilisée dans ce processus provient d’une source renouvelable telle que l’énergie éolienne ou solaire, certains l’appellent hydrogène “vert” ou “renouvelable”. Aujourd’hui, la grande majorité de la production d’hydrogène est basée sur des combustibles fossiles.

Parmi ceux qui ont commenté l’annonce de mercredi figurait Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la commission chargée de la politique de concurrence.

Vestager a déclaré que les investissements approuvés dans le cadre de Hy2Use permettraient de construire environ 3,5 gigawatts de capacité d’électrolyse.

Cela se traduirait par “une production d’environ 340 000 tonnes d’hydrogène renouvelable et à faible émission de carbone par an”, a-t-elle ajouté.

La Commission européenne a précédemment déclaré qu’elle souhaitait que 40 GW d’électrolyseurs d’hydrogène renouvelable soient installés dans l’UE d’ici 2030.

Banque d’hydrogène

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a exprimé la semaine dernière son soutien à l’hydrogène lors de son discours sur l’état de l’Union.

Dans des remarques traduites sur le site Web de la commission, von der Leyen a déclaré que “l’hydrogène peut changer la donne pour l’Europe. Nous devons faire passer notre économie de l’hydrogène de niche à l’échelle”.

Dans son discours, von der Leyen a également évoqué un “objectif 2030 de produire dix millions de tonnes d’hydrogène renouvelable dans l’UE, chaque année”.

“Pour y parvenir, nous devons créer un market maker pour l’hydrogène, afin de combler le déficit d’investissement et de connecter l’offre et la demande futures”, a-t-elle déclaré.

À cette fin, von der Leyen de l’UE a également annoncé la création d’une banque européenne de l’hydrogène. On espère que celui-ci pourra investir 3 milliards d’euros pour soutenir le futur marché de l’hydrogène.