L'UE adopte une loi protégeant les lanceurs d'alerte (et les facilitateurs) … Quelques jours après l'arrestation d'Assange – RT World News

0 34

Ne dites pas que les bureaucrates bruxellois n’apprécient pas l’ironie. À la suite de l'arrestation de Julian Assange, fondateur du site de dénonciation WikiLeaks à Londres, les députés ont voté massivement en faveur d'une loi protégeant les lanceurs d'alerte.

Assange est sur le point d'être extradé vers les États-Unis, où il serait recherché pour la perte de documents américains confidentiels par l'ancien soldat américain Chelsea Manning. La loi américaine formule ses actions comme "Conspiration pour envahir les ordinateurs" – Un acte d’accusation prévoyant une peine de prison maximale de cinq ans et les partisans d’Assange sont cités comme un prétexte évident pour amener Assange en détention aux États-Unis et le poursuivre sous d'autres chefs d'accusation.

plus



Moins d'une semaine après que le fondateur de Wikeleaks – qu'il le veuille ou non, le plus grand éditeur de matériel de dénonciation de la décennie – ait été enlevé par la police britannique de l'ambassade de l'Équateur, le Parlement européen a Les États membres sont tenus d'adopter des lois nationales offrant une protection complète aux lanceurs d'alerte.

De telles lois ne sont actuellement en vigueur que dans dix pays de l'UE, y compris la Grande-Bretagne, a annoncé le site web du Parlement. Mais avec 591 députés qui ont voté "oui" mardi, cela changera bientôt.

La proposition de directive dit "La protection des lanceurs d'alerte en tant que sources journalistiques est essentielle pour préserver le rôle du journalisme d'investigation dans des sociétés démocratiques", et exige que non seulement ceux qui ont découvert les méfaits de leur employeur, mais également que d'autres personnes soient protégés par la loi des représailles.

"Les représailles indirectes comprennent également les actions contre les intermédiaires, collègues ou membres de la famille de la personne notifiable." ça dit.

Assange est sur le point d'être extradé vers les États-Unis, où il serait recherché pour la perte de documents américains confidentiels par l'ancien soldat américain Chelsea Manning. La loi américaine formule ses actions comme "Conspiration pour envahir les ordinateurs" – Un acte d’accusation prévoyant une peine de prison maximale de cinq ans et les partisans d’Assange sont cités comme un prétexte évident pour amener Assange en détention aux États-Unis et le poursuivre sous d'autres chefs d'accusation.

DÉTAILS À SUIVRE

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More