Dernières Nouvelles | News 24

L’UE abandonne le vote sur la loi sur les abus sexuels sur les enfants – Politico — RT World News

Le règlement controversé, qui permettrait d’analyser les messages cryptés des citoyens, a rencontré une opposition considérable.

La présidence belge de l’UE a reporté jeudi le vote d’une loi controversée relative aux abus sexuels sur enfants, en raison des inquiétudes de certains États membres selon lesquelles cette loi porterait atteinte à la vie privée des citoyens, a rapporté Politico.

Des diplomates de l’UE ont déclaré au média que le vote visant à modifier un projet de loi qui exigerait que des applications hautement sécurisées telles que WhatsApp et Signal analysent les messages cryptés des utilisateurs à la recherche de matériel potentiellement abusif sur des enfants avait été retiré de l’ordre du jour.

Les ambassadeurs au Conseil de l’UE devaient décider s’ils devaient soutenir une position commune sur le règlement. Cependant, « Au cours des dernières heures, il est apparu que la majorité qualifiée requise ne serait tout simplement pas atteinte. » », a déclaré à Politico un diplomate européen anonyme de la présidence belge.

De nombreux États membres, dont l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, les Pays-Bas et la République tchèque, devraient s’abstenir ou s’opposer à la loi pour des raisons de cybersécurité et de confidentialité.

La ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, a écrit mercredi soir sur X (anciennement Twitter) qu’elle voterait contre la proposition. Protéger les enfants contre la violence sexuelle est nécessaire mais doit être « ciblé et dans le respect de l’État de droit » elle a écrit.

L’Irlande et l’Espagne ont réclamé une loi stricte pour surveiller le contenu en ligne dans un contexte d’augmentation du matériel pédopornographique.

Proposé en 2022, le projet de loi a suscité une controverse considérable, en particulier parmi les militants des droits numériques, car il pourrait forcer les applications de messagerie à effectuer une surveillance massive en ligne dans le but de trouver et de signaler du matériel pédopornographique. Des groupes de défense de la vie privée auraient dénoncé la loi comme étant une violation effective des messages cryptés de bout en bout.





Dans le cadre du plan proposé, vu par Politico, les applications de messagerie analyseraient les images et les liens lorsque les gens les téléchargent via leurs services. Les utilisateurs en seront informés dans leurs conditions générales. Ceux qui refusent d’accepter les règles ne pourront pas envoyer de photos et de liens.

Le projet de proposition exemptait toutefois « comptes utilisés par l’État à des fins de sécurité nationale ».

Selon le rapport, l’accord des pays de l’UE sur une position commune ouvrirait la voie à des négociations avec le Parlement européen sur une version finale de la loi.

En juillet, la Hongrie succédera à la Belgique à la présidence tournante du Conseil de l’UE et prendra l’initiative de relancer les négociations sur la question de la maltraitance des enfants. Budapest a dit que ça marcherait « sur l’élaboration d’une solution législative à long terme pour prévenir et combattre les abus sexuels sur enfants en ligne » lorsqu’il représente les priorités de sa présidence. Cependant, un diplomate aurait déclaré à EUobserver qu’il s’attendait à ce que la Hongrie ne poursuive pas la proposition actuelle.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source