Lucid et Nikola déposent un dossier pour lever des fonds supplémentaires

La start-up de véhicules électriques Lucid a déclaré le 28 septembre 2021 que la production de ses premières voitures pour les clients avait commencé dans son usine de Casa Grande, en Arizona.

Lucide

Les fabricants de véhicules électriques Lucid Group et Nikola s’apprêtent à lever des fonds supplémentaires, car les deux sociétés visent à augmenter la production dans un contexte de forte augmentation des coûts des batteries et de nouvelles réglementations fédérales qui limitent les incitations pour les acheteurs de véhicules électriques.

Nikola a déclaré mardi dans un dépôt réglementaire qu’il prévoyait d’émettre jusqu’à 400 millions de dollars de nouvelles actions dans le cadre d’une offre “au marché”, ce qui signifie que les actions seront vendues aux prix du marché en vigueur.

Le fabricant de camions lourds électriques basé en Arizona a déclaré aux investisseurs lors de son appel aux résultats du deuxième trimestre qu’il prévoyait de lever des fonds supplémentaires alors qu’il travaillait à accélérer la production de ses semi-remorques électriques Tre et allait de l’avant avec son acquisition de 144 millions de dollars du fournisseur de batteries. Roméo Puissance.

Nikola disposait de 529 millions de dollars en espèces à la fin du mois de juin et de 312 millions de dollars supplémentaires disponibles via une ligne de capital existante de Tumim Stone Capital.

Par ailleurs, Lucid Group a déposé lundi soir un “enregistrement sur étagère” pour émettre jusqu’à 8 milliards de dollars de nouvelles actions au cours des trois prochaines années. Un enregistrement d’étagère donne à l’entreprise le droit d’émettre le stock au besoin.

Lucid a déclaré dans un communiqué que son enregistrement sur étagère est destiné à “offrir une plus grande flexibilité” pour lever des fonds supplémentaires à l’avenir, et qu’il n’a pas l’intention de vendre de nouvelles actions dans l’immédiat.

Lucid disposait de 4,6 milliards de dollars de liquidités à la fin du deuxième trimestre, suffisamment pour financer ses opérations et ses dépenses en capital jusqu’à l’année prochaine, a-t-il déclaré plus tôt ce mois-ci.