Skip to content
L'organe européen de protection de la vie privée met en garde contre les risques de confidentialité dans Google et l'accord Fitbit

PHOTO DE FICHIER: La montre Fitbit Blaze est vue devant un logo Google affiché sur cette illustration, prise le 8 novembre 2019. REUTERS / Dado Ruvic / File Photo

BRUXELLES (Reuters) – appartenant à Alphabet Inc (GOOGL.O) Offre de 2,1 milliards de dollars de Google pour la société Fitbit de trackers de fitness (FIT.N) pourrait poser des risques pour la vie privée, a averti jeudi le Conseil européen de la protection des données (EDPB), ajoutant sa voix à d'autres critiques de l'accord.

Google a annoncé l'accord en novembre dernier, alors qu'il cherche à concurrencer Apple (AAPL.O) et Samsung (005930.KS) sur le marché bondé des trackers de fitness et des montres intelligentes.

Fitbit, dont les trackers de fitness et d'autres appareils surveillent les pas quotidiens des utilisateurs, les calories brûlées et la distance parcourue, donnerait au géant américain de la technologie un accès à une mine de données sur la santé recueillies à partir des appareils Fitbit.

Un tel accès est préoccupant, a déclaré le chien de garde de la vie privée de l'UE.

«La combinaison et l'accumulation supplémentaires possibles de données personnelles sensibles concernant les personnes en Europe par une grande entreprise de technologie pourraient entraîner un niveau élevé de risque pour la vie privée et la protection des données», a-t-il déclaré.

Il a exhorté les entreprises à évaluer leurs exigences en matière de confidentialité des données et leurs implications en matière de confidentialité de manière transparente et à atténuer les risques potentiels de confidentialité et de protection des données avant de demander l'approbation de l'UE en matière d'ententes.

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, qui examinera l'accord, a exprimé en novembre ses inquiétudes concernant les grandes entreprises ciblant des rivaux riches en données.

La Commission européenne a déclaré jeudi dans un commentaire envoyé par e-mail qu'elle n'avait pas encore été officiellement notifiée.

«Il appartient toujours aux entreprises de notifier les transactions de dimension européenne à la Commission européenne», a-t-il déclaré.

Reportage de Foo Yun Chee; édité par Barbara Lewis

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.