L’organe de défense des droits de l’ONU va «  élever  » la princesse de Dubaï disparue avec les Émirats

LONDRES (AP) – L’organe des Nations Unies pour les droits de l’homme a déclaré mercredi qu’il chercherait des informations aux Émirats arabes unis sur une fille du puissant dirigeant de Dubaï après avoir déclaré dans des messages vidéo qu’elle était emprisonnée dans une villa très gardée.

Sheikha Latifa bint Mohammed Al Maktoum a tenté de fuir le riche État du Golfe en 2018 mais a été arrêtée par des commandos dans un bateau au large de l’Inde. Elle n’avait pas été entendue jusqu’à mardi, lorsque le programme d’enquête «Panorama» de la BBC a diffusé des messages vidéo du cheikha.

Dans les vidéos, qui semblent avoir été enregistrées secrètement, la princesse de 35 ans se dit «inquiète pour ma sécurité et ma vie».

«Je ne sais pas vraiment si je vais survivre à cette situation», dit-elle dans l’une des vidéos. La BBC a déclaré qu’ils avaient été enregistrés pendant des mois sur un téléphone qu’elle avait secrètement reçu environ un an après sa capture.

Marcus Essabri, un cousin qui vit en Angleterre, a déclaré à la BBC que les vidéos s’étaient arrêtées il y a environ six mois et qu’il n’y avait eu aucun mot de Latifa depuis.

«J’ai peur qu’ils l’ont attrapée avec le téléphone et maintenant j’ai peur pour sa sécurité», a-t-il déclaré.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’il « souleverait ces nouveaux développements avec les EAU ».

« D’autres parties du système des droits de l’homme de l’ONU avec des mandats pertinents peuvent également être impliquées une fois qu’elles ont analysé le nouveau matériel ou reçu des allégations spécifiques », a déclaré le porte-parole Rupert Colville à la BBC.

Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Dominic Raab, a qualifié les vidéos de «très pénibles» et a déclaré qu’il soutenait une enquête de l’ONU.

Raab a déclaré que la Grande-Bretagne était «préoccupée», mais a suggéré que le gouvernement ne pouvait pas faire grand-chose parce que Latifa n’est pas un ressortissant britannique.

Le cheikh Mohammed et la cour royale de Dubaï ont déclaré que Latifa était en sécurité dans les soins affectueux de sa famille. Le bureau des médias de Dubaï du gouvernement des Émirats arabes unis n’a pas répondu à une demande de commentaires de l’Associated Press.

En 2018, l’AP a rapporté comment un ami et un ancien espion français ont aidé Sheikha Latifa à s’échapper par bateau, avant d’être capturée au large de l’Inde.

La tentative d’évasion dramatique et ses conséquences ont pénétré l’image soigneusement contrôlée maintenue par la famille du père de Latifa, le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum.

Le cheikh Mohammed, qui dirige Dubaï et sert également de Premier ministre et de vice-président dans les Émirats arabes unis, aurait plusieurs dizaines d’enfants de plusieurs épouses. Certains de ses fils et filles figurent en bonne place dans les médias locaux et en ligne, mais d’autres sont rarement vus. Sheikha Latifa était largement connue pour son amour du parachutisme avant 2018.

La vie de famille du cheikh Mohammed est redevenue une affaire publique en 2020. Puis, un juge britannique a statué que le cheikh avait mené une campagne de peur et d’intimidation contre son ex-épouse et avait ordonné l’enlèvement de deux de ses filles, l’une d’entre elles Sheikha Latifa. La décision est intervenue lors d’une bataille pour la garde à vue de la Haute Cour entre le cheikh Mohammed et l’ex-épouse britannique, la princesse Haya, fille de feu le roi Hussein de Jordanie.

Sheikh Mohammed est le fondateur de l’écurie de courses de chevaux Godolphin et entretient des relations amicales avec la reine britannique Elizabeth II. En 2019, il a reçu un trophée de la reine après qu’un de ses chevaux ait remporté une course à Royal Ascot.