Skip to content

LONDRES (Reuters) – L'OPEP a abaissé mercredi ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole en raison d'un ralentissement économique, a souligné le groupe de producteurs qui souligne la nécessité de poursuivre les efforts pour empêcher une nouvelle surabondance de brut.

L'OPEP réduit la prévision de la demande de pétrole pour 2020 et demande instamment que des efforts soient déployés pour éviter une nouvelle surabondance

DOSSIER DE PHOTO: Le logo de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) figure à l'extérieur de son siège, en prévision de la réunion de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP à Vienne, en Autriche, le 2 juillet 2019. REUTERS / Lisi Niesner

Dans un rapport mensuel, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole a déclaré que la demande mondiale de pétrole augmenterait de 1,08 million de barils par jour, soit 60 000 b / j de moins que prévu, et indiquait que le marché serait excédentaire.

Les perspectives plus faibles au milieu d’une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et du Brexit pourraient inciter l’OPEP et ses alliés à maintenir ou à ajuster leur politique de réduction de la production. L'Irak a annoncé jeudi que les ministres discuteraient de la nécessité de procéder à des réductions plus importantes.

Dans le rapport, l’OPEP a abaissé ses prévisions de croissance de l’économie mondiale à 3,1% en 2020 et indiqué que la hausse de la demande de pétrole de l’année prochaine serait dépassée par la "forte croissance" de l’offre de producteurs rivaux tels que les États-Unis.

"Cela met en évidence la responsabilité partagée de tous les pays producteurs pour soutenir la stabilité du marché pétrolier afin d'éviter une volatilité indésirable et une éventuelle rechute dans le déséquilibre du marché", indique le rapport.

L'OPEP, la Russie et d'autres producteurs ont signé depuis le 1er janvier un accord visant à réduire la production de 1,2 million de bpj. L’alliance, connue sous le nom d’OPEP +, a renouvelé le pacte en juillet jusqu’en mars 2020 et un comité de révision du pacte se réunit jeudi.

Prix ​​du pétrole LCOc1 a réduit un gain antérieur après la publication du rapport, pour se situer juste en dessous de 63 dollars le baril. En dépit de la réduction opérée par l’OPEP, le pétrole a chuté après avoir culminé à 75 dollars US le sommet d’avril 2019, sous la pression des préoccupations commerciales et du ralentissement économique.

Le rapport indique que les stocks de pétrole dans les économies industrialisées ont diminué en juillet, une évolution qui pourrait apaiser les craintes de l'OPEP quant à une possible surabondance.

Malgré cela, les stocks en juillet ont dépassé la moyenne des cinq dernières années (36 millions de barils).

ALIMENTATION EN HAUSSE

L'OPEP et ses partenaires limitent l'offre depuis 2017, contribuant ainsi à résoudre le problème de surabondance accumulée en 2014-2016 lorsque les producteurs ont été pompés à leur guise et à faire revivre les prix.

La politique a donné une impulsion soutenue au schiste américain et à d’autres approvisionnements concurrents, et le rapport suggère que le monde aura besoin de moins de brut de l’OPEP l’année prochaine.

La demande de pétrole brut de l'OPEP atteindra en moyenne 29,40 millions de bpj en 2020, a annoncé l'OPEP, en baisse de 1,2 million de bpj par rapport à cette année.

L’OPEP a indiqué que sa production de pétrole en août avait augmenté de 136 000 barils par jour, pour atteindre 29,74 millions de barils par jour, d’après les chiffres recueillis par le groupe. C'était la première augmentation cette année. L’Arabie saoudite, l’Iraq et le Nigéria ont augmenté leurs stocks.

L'Arabie saoudite, principal exportateur, a déclaré à l'OPEP que le royaume avait augmenté la production d'août d'un peu plus de 200 000 bpj à 9,789 millions de bpj. L'Arabie saoudite continue de pomper beaucoup moins que son quota de 10,311 barils par jour.

Grâce en partie aux restrictions imposées par l'Arabie saoudite, les producteurs respectent toujours trop l'accord de réduction de l'offre. Les pertes en Iran et au Venezuela, deux membres de l’OPEP condamnés par les États-Unis, ont élargi la réduction de l’offre. L’augmentation enregistrée en août place toutefois la production de l’OPEP au-dessus des prévisions de la demande pour 2020.

Le rapport suggère qu’il y aurait un excédent d’approvisionnement de 340 000 b / j en 2020 si l’OPEP continuait de pomper au taux du mois d’août et que les choses restaient égales par rapport à l’exploitation prévue dans le rapport du mois dernier.

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *