L’ONU négocie la prolongation du cessez-le-feu au Yémen

La trêve de quatre mois a été prolongée jusqu’en octobre, l’ONU espérant un accord de paix

Alors qu’il ne reste que quelques heures au compteur, les Houthis et le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite ont convenu de prolonger de deux mois le cessez-le-feu au Yémen – qui a pour l’essentiel lieu depuis avril. L’envoyé spécial de l’ONU, Hans Grundberg, a annoncé mardi que la trêve devait maintenant expirer en octobre. Il s’agit du cessez-le-feu le plus long d’une guerre qui dévaste la pointe de la péninsule arabique depuis 2015.

Les parties belligérantes “ont convenu de prolonger la trêve, dans les mêmes conditions, pour deux mois supplémentaires, du 2 août 2022 au 2 octobre 2022”, dit Grundberg.

Sa déclaration intervient quelques heures seulement après qu’une délégation d’Oman a conclu trois jours de réunions à Sanaa avec Abdel-Malek al-Houthi et d’autres dirigeants des rebelles houthis, qui contrôlent la capitale yéménite depuis 2014. Grundberg a désigné Oman et l’Arabie saoudite pour leurs efforts pour prolonger le cessez-le-feu.

“L’objectif principal de la trêve actuelle continue d’être de fournir un soulagement tangible aux civils et de créer un environnement propice à la recherche d’un règlement pacifique du conflit par le biais d’un processus politique global”, a-t-il ajouté. dit Grundberg.

Le cessez-le-feu a été initialement déclaré le 2 avril, pour coïncider avec le mois sacré musulman du Ramadan, et prévoyait l’arrêt de toutes les opérations militaires offensives au Yémen et dans ses environs. Les Saoudiens et leurs alliés étaient censés débloquer le port de Hodeidah, tandis que les Houthis devaient faire de même pour la ville intérieure de Taiz. Les deux parties ont accusé l’autre de ne pas tenir ces promesses, mais la trêve a tenu jusqu’à présent.

Lire la suite

Des mères et des bébés yéménites confrontés à “une horreur inimaginable”, déclare la Croix-Rouge à RT

En plus de débloquer Taiz et Hodeidah, le cessez-le-feu prolongé offre la possibilité de parvenir à un accord pour « un mécanisme de décaissement transparent et efficace pour le paiement régulier des salaires des fonctionnaires et des pensions civiles », ainsi que l’augmentation du nombre de vols à destination et en provenance de Sanaa, a déclaré Grundberg.

Selon les estimations de l’ONU, environ 400 000 personnes sont mortes au Yémen depuis 2015, lorsque la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a lancé une guerre aérienne dans le but de rétablir le président Abdrabbuh Mansur Hadi au pouvoir après son éviction par les Houthis. Cela a été suivi d’intenses combats sur le terrain, qui ont déplacé des millions de personnes. Riyad a allégué que les Houthis musulmans chiites sont des mandataires de l’Iran, ce que Téhéran a démenti.