L’ONU ignore les capacités nucléaires de l’Iran avant les principaux pourparlers sur un accord international | Nouvelles du monde

Les inspecteurs nucléaires de l’ONU ont averti qu’une partie de leur surveillance du prétendu programme d’armes nucléaires de l’Iran s’est éteinte.

Le chef de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU a déclaré que ses inspecteurs étaient sur le point d’être incapables de « garantir » qu’ils connaissaient l’ampleur de L’IranLe stock d’uranium enrichi de , après un voyage infructueux à Téhéran, n’a donné aucun résultat.

Le mystère entoure un atelier iranien clé qui fabrique des pièces pour les machines de centrifugation de l’uranium. Les machines sont utilisées pour enrichir l’uranium – l’ingrédient vital pour la fabrication de bombes atomiques.

Image:
Chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, AIEA, Rafael Mariano Grossi. Photo : AP

Les Iraniens ont déclaré que le sabotage israélien avait détruit l’une des quatre caméras installées par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour surveiller l’activité sur le site sensible d’une installation de Karaj.

Cependant, ils ont également retiré les trois autres caméras et ont déclaré que les images de la caméra détruite étaient « manquantes ».

L’AIEA a déclaré qu’elle n’avait pas été autorisée à revenir sur le site et à installer de nouvelles caméras, malgré l’accord de l’Iran pour l’autoriser à le faire il y a deux mois.

Sans caméras, l’AIEA ne peut pas être sûre que du matériel et des équipements ne sont pas détournés vers un programme secret d’armes nucléaires.

L’Iran insiste sur le fait que ses activités nucléaires sont pacifiques, mais des puissances extérieures le soupçonnent de travailler à la fabrication de la bombe.

L’avertissement sévère de l’AIEA constitue une toile de fond inquiétante pour les efforts visant à relancer l’accord nucléaire iranien de 2015. Les pourparlers pour le ressusciter ont été rompus en juin. Ils reprennent la semaine prochaine à Vienne, en Autriche, dans ce qui pourrait être la dernière chance de sauver l’accord.

L’accord négocié par le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Iran après cinq années tortueuses de négociations a levé les sanctions contre l’Iran en échange d’un gel de son programme nucléaire.

Mais l’accord a été sapé unilatéralement par l’Amérique sous le président Trump.

Les Iraniens veulent désespérément que les sanctions soient levées pour sauver leur économie profondément troublée, mais ont eux-mêmes rompu les termes de l’accord.

Le plus inquiétant est le retour de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, le plus récemment à des niveaux de 60 %. En vertu de l’accord, ils ont été autorisés à s’enrichir jusqu’à 3,67 %. Pour construire une arme nucléaire, ils ont besoin d’uranium enrichi à 90 %.

Les diplomates occidentaux espèrent que les Iraniens agissent tactiquement, essayant d’augmenter leur influence avant la reprise des pourparlers.

Mais plus les Iraniens se rapprochent de la construction de la bombe, moins les puissances extérieures sont incitées à investir les efforts diplomatiques nécessaires pour parvenir à un nouvel accord ou raviver le dernier.

Il y a beaucoup en jeu à Vienne la semaine prochaine.  (Photo du fichier : AP)
Image:
Il y a beaucoup en jeu à Vienne la semaine prochaine. (Photo du fichier : AP)

L’Iran a un nouveau régime pur et dur et ses véritables intentions pourraient devenir plus claires lorsqu’il dévoilera sa main d’ouverture aux négociations la semaine prochaine. Si les puissances extérieures ne sont toujours pas convaincues, les pourparlers pourraient se rompre peu de temps après leur début.

Sans un nouvel accord nucléaire iranien, la crainte est une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient, ou une guerre. Plus l’Iran s’approche d’une bombe, plus Israël est susceptible de lancer une frappe préventive.

L’enjeu est de taille à Vienne la semaine prochaine et ce dernier avertissement de l’AIEA ne fait pas espérer de succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *