L’OMS redoute 700 000 décès supplémentaires dus au Covid-19 en Europe

PHOTO : Félix Dlangamandla

L’Europe reste « sous l’emprise ferme » du Covid-19 et le nombre de morts sur le continent pourrait dépasser les 2,2 millions cet hiver si les tendances actuelles se poursuivent, a annoncé mardi l’Organisation mondiale de la santé.

Environ 700 000 personnes pourraient mourir dans les mois à venir, a déclaré l’OMS, alors que les cas se multiplient à travers l’Europe, incitant certains pays à réimposer des restrictions strictes.

L’OMS s’attend à « un stress élevé ou extrême dans les unités de soins intensifs (USI) dans 49 des 53 pays d’ici le 1er mars 2022 ».

« Le nombre cumulé de décès signalés devrait atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps de l’année prochaine », a-t-il ajouté, contre 1,5 million actuellement.

Covid-19 est la principale cause de décès en Europe et en Asie centrale, a rapporté l’OMS, citant des chiffres de l’Institute for Health Metrics and Evaluation.

L’augmentation en Europe était due à une combinaison de la variante Delta hautement contagieuse, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement des mesures telles que le port du masque et la distanciation physique, a-t-il déclaré.

Selon les données de l’OMS, les décès liés à Covid ont augmenté la semaine dernière pour atteindre près de 4 200 décès par jour, soit le double de 2 100 décès par jour fin septembre.

L’OMS a également déclaré que les preuves devenaient de plus en plus nombreuses que la protection induite par le vaccin contre les infections et les maladies bénignes diminuait.

« La situation de Covid-19 en Europe et en Asie centrale est très grave. Nous sommes confrontés à un hiver difficile à venir », a déclaré le directeur régional de l’OMS Europe, Hans Kluge, dans un communiqué.

Il a appelé à une approche « vaccin plus », consistant en des vaccinations, une distanciation sociale, l’utilisation de masques faciaux et le lavage des mains.

L’OMS a déclaré que les masques faciaux réduisaient l’incidence de Covid-19 de 53% selon une étude récente, et « plus de 160 000 décès pourraient être évités (d’ici le 1er mars) si une couverture universelle des masques de 95% était atteinte ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *