L’OMS prolonge l’appel à un moratoire sur les doses de rappel Covid jusqu’à la fin de l’année

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, assiste à une conférence de presse organisée par l’Association genevoise des correspondants des Nations Unies (ACANU) au milieu de l’épidémie de COVID-19, au siège de l’OMS à Genève, Suisse, le 3 juillet 2020.

Fabrice Coffrini | Piscine | Reuters

L’Organisation mondiale de la santé a prolongé son appel à un moratoire sur les doses de rappel de Covid-19 jusqu’à au moins la fin de l’année.

L’OMS avait précédemment exhorté les dirigeants mondiaux à suspendre les doses de rappel jusqu’à la fin septembre.

« La situation mondiale a peu changé depuis lors, alors aujourd’hui je demande une prolongation du moratoire jusqu’à au moins la fin de l’année pour permettre à chaque pays de vacciner au moins 40% de sa population », a déclaré le directeur général de l’OMS. Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré mercredi lors d’un briefing.

Selon l’OMS, environ 5,5 milliards de doses de vaccin ont été administrées dans le monde, mais 80% ont été administrées dans des pays à revenu élevé ou intermédiaire supérieur.

« Je ne resterai pas silencieux lorsque les entreprises et les pays qui contrôlent l’approvisionnement mondial en vaccins penseront que les pauvres du monde devraient se contenter des restes », a déclaré Tedros.

Près de 90 % des pays à revenu élevé ont vacciné au moins 10 % de leur population, et 70 % des pays à revenu élevé ont vacciné au moins 40 % de leur population. « Pas un seul pays à faible revenu n’a atteint l’un ou l’autre de ces objectifs », a déclaré Tedros. « Ce n’est pas de leur faute. »

« Les pays à revenu élevé ont promis de donner plus d’un milliard de doses, mais moins de 15 % de ces doses ont été matérialisées », a déclaré Tedros. « Les fabricants ont promis de donner la priorité à COVAX et aux pays à faible revenu. »

Le directeur général a déclaré que l’OMS appelait à l’équité en matière de vaccins depuis le début du déploiement du vaccin et que cela n’était pas censé se produire une fois que les pays les plus riches ont été pris en charge.

« Nous ne voulons plus de promesses, nous voulons juste les vaccins », a déclaré Tedros. « Nous avons les outils, il est clair ce qui doit arriver, le moment est venu d’un vrai leadership, pas de promesses creuses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *