L’Italie va réintégrer les agents de santé qui ne se sont pas conformés aux mandats de vaccination COVID

Les travailleurs de la santé italiens qui ont été suspendus de leur emploi pour ne pas avoir choisi de recevoir le vaccin contre le coronavirus seront bientôt réintégrés, ont déclaré les responsables de la santé du pays. Les amendes infligées aux personnes qui ont décidé de ne pas se faire vacciner seront également annulées.

Le nouveau ministre de la Santé, Orazio Schillaci, a annoncé vendredi que les hôpitaux souffraient d’une pénurie de personnel médical et que la baisse des cas de coronavirus devrait permettre une “réintégration” des travailleurs pénalisés suspendus en vertu des règles de l’administration précédente.

“Une mesure est en cours de finalisation qui permettra la réintégration dans le service du personnel de santé faisant l’objet d’une procédure de suspension pour non-respect de la vaccination obligatoire avant la date d’expiration de la suspension”, a déclaré Schillaci, selon Reuters.

Un membre du personnel médical travaille dans une unité de soins intensifs COVID-19 dans un hôpital de Bologne, en Italie, le 25 janvier 2022.
(Gianni Schicchi/Xinhua via Getty Images)

L’ancien Premier ministre Mario Draghi a fait du respect des restrictions sur les coronavirus une priorité, car la pandémie était particulièrement meurtrière en Italie, ce qui comprenait des ordonnances de vaccination obligatoires pour les enseignants et les travailleurs de la santé.

L’ITALIENNE GIORGIA MELONI ASSERMENTÉE, PREMIÈRE FEMME À ÊTRE PREMIÈRE

Ceux qui ne se sont pas conformés ont été suspendus de leur travail sans salaire. Ceux de plus de 50 ans qui n’ont pas été vaccinés ont été contraints de payer des frais de près de 100 $.

Les suspensions seront désormais annulées et les amendes seront annulées, sous le nouveau Premier ministre italien Giorgia Meloni.

LE LEADER CANADIEN ENVISAGE DE RETIRER LES CHARGES DE VERROUILLAGE COVID, S’EXCUSE AUX NON VACCINÉS

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Meloni a prêté serment lors d’une cérémonie au palais présidentiel du Quirinal, à Rome, en Italie, le 22 octobre.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Italie compte près de 179 000 décès dus à la pandémie.