L’Irlande du Nord se prépare à l’élection de l’Assemblée alors que la date limite passe

L’Irlande du Nord est sur la bonne voie pour une élection à l’Assemblée avant Noël, car le délai pour rétablir le gouvernement décentralisé à Stormont est écoulé.

Le secrétaire d’Irlande du Nord, Chris Heaton-Harris, devrait déclencher les élections vendredi, après l’échec d’un ultime effort pour rétablir l’exécutif multipartite.

Le DUP bloque le rétablissement du partage du pouvoir dans le cadre de sa protestation contre le protocole d’Irlande du Nord post-Brexit.

Un délai législatif de six mois pour former une administration a expiré aux premières heures de vendredi.

En l’absence d’exécutif ministériel en place, le gouvernement britannique assume la responsabilité légale de convoquer de nouvelles élections.

Bien que M. Heaton-Harris n’ait pas encore donné les détails, il y a eu des spéculations selon lesquelles le scrutin aurait lieu le 15 décembre.

Les ministres de Stormont, qui opèrent dans l’ombre depuis l’effondrement de l’Assemblée plus tôt cette année, ont également cessé d’exercer leurs fonctions à minuit.

La responsabilité de la gestion des services déconcentrés sera désormais confiée à des hauts fonctionnaires.

(PA)

Les députés se sont réunis lors d’une séance rappelée de l’Assemblée jeudi, mais une tentative d’élire un nouveau président – ​​qui doit être faite avant l’élection des premiers et des vice-premiers ministres – n’a pas eu lieu car le DUP a refusé de soutenir les nominations.

La séance a alors été suspendue.

Le boycott de l’institution de Stormont par le DUP fait partie d’une campagne d’opposition au protocole, et le parti affirme qu’il ne reviendra pas au partage du pouvoir tant que des mesures décisives ne seront pas prises pour supprimer les barrières économiques au commerce entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord.

Le gouvernement s’est engagé à obtenir des modifications du protocole, soit par un compromis négocié avec l’UE, soit par le biais d’une proposition de législation nationale – le projet de loi sur le protocole d’Irlande du Nord – qui habiliterait les ministres à abandonner les arrangements sans l’approbation de Bruxelles.

Le chef du DUP, Sir Jeffrey Donaldson, a déclaré que des progrès insuffisants avaient été réalisés pour résoudre les problèmes préoccupants liés au protocole.

Mais la dirigeante de Stormont du Sinn Fein, Michelle O’Neill, a déclaré que le DUP “nous a tous laissés à la merci d’un gouvernement conservateur sans cœur et dysfonctionnel”.

Le Premier ministre Rishi Sunak a également exhorté le DUP à revenir à Stormont quelques heures seulement avant l’expiration du délai de restauration de la décentralisation.

Son porte-parole officiel a déclaré: «Il est encore temps pour le DUP et les dirigeants de retourner à Stormont et nous les exhortons à le faire parce que le peuple d’Irlande du Nord mérite un exécutif pleinement fonctionnel et élu localement qui peut répondre aux problèmes auxquels sont confrontés les communautés là-bas. .”

La dernière élection de l’Assemblée d’Irlande du Nord a eu lieu en mai de cette année et le Sinn Fein est devenu pour la première fois le plus grand parti.

Pendant ce temps, le gouvernement britannique a insisté sur le fait qu’en l’absence de l’exécutif de Stormont, un accord d’autorité conjointe avec Dublin pour la gouvernance de l’Irlande du Nord n’est “pas envisagé”.

Le Premier ministre irlandais Micheal Martin et Mme O’Neill ont déclaré qu’il ne pouvait y avoir de gouvernement direct de Westminster en cas de non-restauration du partage du pouvoir.

Mais un porte-parole du NIO a déclaré: «Le gouvernement britannique est absolument clair sur le fait que le principe du consentement régit la position constitutionnelle de l’Irlande du Nord.

“Nous n’accepterons aucun arrangement incompatible avec ce principe.”