L’Iran tente de “voler” un drone marin américain — RT World News

La 5e flotte américaine a partagé des images d’un navire iranien qui aurait tenté de s’enfuir avec l’équipement de haute technologie

La marine américaine a déclaré qu’elle avait empêché un navire iranien de capturer un drone marin américain opérant dans le golfe Persique, déployant un navire de patrouille et des hélicoptères d’attaque pour contrecarrer la tentative.

La 5e flotte de la marine a publié mardi une déclaration sur le rodage, affirmant qu’un navire de soutien du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le Shahid Baziar, avait été aperçu en train de remorquer un navire de surface sans pilote américain Saildrone Explorer. “pour tenter de le retenir” le 29 août. La flotte a partagé des séquences vidéo prétendant montrer le Baziar tirant le drone derrière lui.

Un navire de patrouille côtière américain, l’USS Thunderbolt, se trouvait dans la zone lorsque le navire iranien a été aperçu et a été envoyé “immédiatement” pour répondre, tout comme un hélicoptère MH-60S Sea Hawk, a indiqué la Marine. Le navire de l’IRGC a ensuite déconnecté son câble de remorquage du drone et a quitté la zone après environ quatre heures, mettant fin à l’incident.

“[The IRGC Navy’s] les actions étaient flagrantes, injustifiées et incompatibles avec le comportement d’une force maritime professionnelle », a déclaré le vice-amiral Brad Cooper, qui commande la 5e flotte. “Les forces navales américaines restent vigilantes et continueront de voler, de naviguer et d’opérer partout où le droit international le permet, tout en promouvant un ordre international fondé sur des règles dans toute la région.”





Selon le porte-parole de la flotte, le commandant Timothy Hawkins, qui a été joint par l’Associated Press, le Thunderbolt a tenté de contacter par radio le navire iranien pour informer son équipage que le drone était américain, bien qu’il n’ait pas précisé si les Iraniens avaient répondu.

Alors que la Marine a noté le drone marin “ne stocke pas d’informations sensibles ou classifiées”, il a néanmoins déclaré qu’il s’agissait d’une propriété du gouvernement américain, équipée de “capteurs, radars et caméras pour la navigation et la collecte de données.”

Le gouvernement iranien n’a pas encore reconnu l’incident, ce qui marquerait la première tentative de Téhéran de cibler le groupe de travail sur les drones de la 5e flotte, une nouvelle unité lancée l’année dernière à une époque de tensions croissantes avec l’Iran.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :