Dernières Nouvelles | News 24

L’Iran met en garde les pays étrangers contre toute aide à Israël — RT World News

Tout pays qui fournit un passage aérien ou terrestre aux troupes de Jérusalem-Ouest fera face à la colère de Téhéran, a déclaré la République islamique.

Toute nation qui aiderait Israël à organiser une attaque contre l’Iran s’exposerait à de graves conséquences, a prévenu dimanche le ministre de la Défense de la République islamique, le général de brigade Mohammad Reza Ashtiani. Sa déclaration intervient alors que Téhéran lance une frappe aérienne massive contre l’État juif en représailles à l’attaque israélienne contre un consulat iranien en Syrie.

« Quel que soit le pays où [would] ouvrir son sol ou son espace aérien à Israël pour une [potential] attaque contre l’Iran, sera [face] notre réponse décisive », » dit Ashtiani.

Plus tôt, Téhéran avait confirmé le lancement de plusieurs véhicules aériens sans pilote (UAV) sur Israël et annoncé une frappe de missile imminente. L’armée israélienne traquait plus de 100 drones se dirigeant vers le territoire national, ont rapporté les médias locaux, ajoutant que les drones devraient atteindre Israël. « en quelques heures » et les Forces de défense israéliennes (FDI) cherchent à les intercepter en vol.





Cette évolution a incité plusieurs pays du Moyen-Orient, dont la Jordanie et le Liban, à fermer leur espace aérien en réponse. Amman a également déclaré l’état d’urgence face à la situation.

Les cibles exactes de l’attaque restent floues. Le Corps des Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) a qualifié cette attaque de représailles contre les forces israéliennes. « de nombreux crimes » notamment une frappe début avril visant un consulat iranien dans la capitale syrienne, Damas. L’attaque a tué sept officiers de la Force Qods du CGRI, dont deux généraux.
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a alors promis une réponse. Les États-Unis ont averti vendredi Isarel que Téhéran pourrait lancer une frappe massive contre elle au cours du week-end.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source