L’Iran disperse la foule en colère après l’effondrement d’un bâtiment tuant 29 personnes

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

La police anti-émeute iranienne a tiré des gaz lacrymogènes et tiré en l’air pour disperser une foule en colère de centaines de personnes près du site de l’effondrement d’un bâtiment dans la ville d’Abadan, dans le sud-ouest, a montré une vidéo en ligne analysée samedi.

Un rapport de l’agence de presse semi-officielle iranienne Fars a également reconnu les troubles vendredi soir à propos de la catastrophe de cette semaine qui a tué au moins 29 personnes, d’autres étant encore enterrées sous les décombres de l’immeuble de 10 étages. Cela survient alors que l’Iran subit une aggravation des conditions économiques sous les sanctions américaines écrasantes sur son programme nucléaire, alimentant l’inquiétude dans la République islamique d’un regain de troubles généralisés.

Pendant ce temps, le pays a été confronté à la fois à des assassinats ciblés et à d’autres violences cette semaine jusqu’à samedi, alors même que ses gardiens de la révolution paramilitaires ont saisi deux pétroliers grecs apparemment au-dessus d’Athènes, permettant à l’Amérique de saisir le pétrole iranien dans la mer Méditerranée.

Des vidéos partagées en ligne ont montré une foule massive de centaines de personnes près du bâtiment Metropol vendredi soir, avec des lumières qui brillaient sur sa façade. Une deuxième vidéo montrait des manifestants au niveau de la rue scandant : “Notre ennemi est ici ; ils mentent en disant que c’est l’Amérique !” Un troisième a montré une foule en colère avec un coup de feu entendu. La personne qui filmait s’est retournée et a couru en criant : “Ne tirez pas ! Ne tirez pas !”

Sur cette photo publiée par le site officiel du bureau du premier vice-président iranien, le vendredi 27 mai 2022, le vice-président Mohammad Mokhber, deuxième à droite, visite le site d’une tour en construction dans le bâtiment Metropol de 10 étages qui s’est effondré lundi, dans la ville d’Abadan, dans le sud-ouest de l’Iran. Les équipes de secours sur le site de la tour ont retiré cinq autres corps des décombres vendredi, portant à 24 le nombre de morts dans la catastrophe.
(Bureau du vice-président senior iranien via AP)

L’IRAN FOURNIRA À LA RUSSIE DES TURBINES À CARBURANT EN PIÈCES AUTOMOBILES AU CŒUR DE LA CRISE DU GAZ EN UKRAINE

Les détails des vidéos correspondaient entre eux et aux caractéristiques connues d’Abadan, à quelque 660 kilomètres (410 miles) au sud-ouest de la capitale, Téhéran. Des chaînes de télévision étrangères en farsi ont décrit des gaz lacrymogènes et d’autres coups de feu.

Fars a décrit la situation comme une émeute qui a forcé la police à intervenir. Il n’était pas immédiatement clair si quelqu’un avait été blessé ou si la police avait procédé à des arrestations.

Dans d’autres villes, les gens se sont rassemblés pacifiquement pour pleurer, ont rapporté Fars et des militants des droits de l’homme. Cependant, des foules en colère se sont rassemblées à Abadan depuis que l’Iran a organisé jeudi un rassemblement de 100 000 personnes pour marquer la sortie d’une nouvelle chanson pop soutenue par l’État intitulée “Hello Commander”.

Vendredi, des manifestants à Abadan ont crié : “A Téhéran, il y a mariage ; Abadan saigne !”

Les autorités reconnaissent que le propriétaire du bâtiment et des responsables gouvernementaux corrompus ont autorisé la poursuite de la construction du bâtiment Metropol malgré les inquiétudes suscitées par sa mauvaise qualité de fabrication. Le bâtiment s’est effondré lundi. Les autorités ont arrêté 13 personnes dans le cadre d’une vaste enquête sur la catastrophe, dont le maire de la ville.

Sur cette photo publiée le samedi 28 mai 2022 par le site Internet de l'armée iranienne, le chef d'état-major des forces armées, le général Mohammad Hossein Bagheri, à gauche, et le commandant de l'armée, le général Abdolrahim Mousavi, discutent lors de la visite d'un drone souterrain tunnel de base de l'armée au cœur des montagnes du Zagros occidental du pays.  Le reportage de la télévision d'État iranienne a indiqué samedi 29 mai que le tunnel se trouvait à environ 100 mètres (330 pieds) sous terre et abritait les drones Kaman-22 et Fotros, tous deux capables de transporter des missiles de croisière.

Sur cette photo publiée le samedi 28 mai 2022 par le site Internet de l’armée iranienne, le chef d’état-major des forces armées, le général Mohammad Hossein Bagheri, à gauche, et le commandant de l’armée, le général Abdolrahim Mousavi, discutent lors de la visite d’un drone souterrain tunnel de base de l’armée au cœur des montagnes du Zagros occidental du pays. Le reportage de la télévision d’État iranienne a indiqué samedi 29 mai que le tunnel se trouvait à environ 100 mètres (330 pieds) sous terre et abritait les drones Kaman-22 et Fotros, tous deux capables de transporter des missiles de croisière.
(Armée iranienne via AP)

ISRAEL CHEERS REPORT DIT UN GROUPE TERRORISTE IRANIEN À REAMIN SUR LA LISTE NOIRE AMÉRICAINE

Les équipes de secours ont retiré trois autres corps des décombres samedi, portant le nombre de morts dans l’effondrement à 29.

L’effondrement meurtrier a soulevé des questions sur la sécurité de bâtiments similaires dans le pays et a souligné une crise en cours dans les projets de construction iraniens. L’effondrement a rappelé à beaucoup l’incendie et l’effondrement de 2017 de l’emblématique bâtiment Plasco à Téhéran qui a tué 26 personnes.

Pendant ce temps, la violence se poursuivait ailleurs dans le pays. L’agence de presse publique iranienne IRNA a déclaré que des hommes armés avaient abattu samedi deux policiers et un civil dans le centre-ville de Téhéran. Il a indiqué qu’un officier était dans un état critique. Les autorités n’ont offert aucune cause.

Par ailleurs, l’agence de presse semi-officielle ISNA a déclaré qu’un homme armé avait abattu un officier supérieur de la police, le major Abbas Raah Anjam, dans la province agitée du Sistan et du Baloutchistan en Iran. L’attaque a également blessé sa femme, a indiqué l’ISNA.

La violence armée est rare en Iran, où des contrôles stricts régissent qui peut posséder une arme à feu.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Plus tôt ce mois-ci, un haut responsable des puissants gardiens de la révolution iraniens, le colonel Hassan Sayyad Khodaei, a été abattu devant son domicile à Téhéran par des hommes armés non identifiés à moto. L’Iran a blâmé Israël pour la fusillade, qui reflète d’autres attaques menées par son service de renseignement et ses alliés.

Samedi également, au milieu des tensions régionales, la télévision d’État iranienne a diffusé des images de ce qu’elle a décrit comme un tunnel souterrain “top secret” au cœur des montagnes de Zagros, à l’ouest du pays. Il a indiqué que le tunnel était à environ 100 mètres (330 pieds) sous terre et abritait les drones Kaman-22 et Fotros, tous deux capables de transporter des missiles de croisière.