L’Iran coupe les médias sociaux et les services Internet alors que le président Raisi s’adresse à l’ONU au milieu de manifestations généralisées

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Les Iraniens ont été coupés de Instagram, Whatsappet d’autres services Internet mercredi alors que des manifestations, déclenchées par la mort d’une femme en garde à vue, ont secoué le pays.

La panne quasi totale d’Internet est intervenue alors que le président iranien Ebrahim Raisi s’adressait mercredi à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

La femme, Mahsa Amini, 22 ans, est décédée vendredi dernier alors qu’elle était en garde à vue. Elle a été détenue par la police des mœurs du pays pour avoir prétendument porté trop lâche le foulard islamique obligatoire.

DOSSIER : Des manifestants scandent des slogans lors d’une manifestation contre la mort d’une femme détenue par la police des mœurs, dans le centre-ville de Téhéran, en Iran.
(AP Photo)

La police a déclaré qu’Amini était décédée d’une crise cardiaque et n’avait pas été maltraitée, mais sa famille a mis en doute ce compte, affirmant qu’elle n’avait aucun problème cardiaque antérieur et qu’ils avaient été empêchés de voir son corps.

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU affirme que la police des mœurs a intensifié ses opérations ces derniers mois et a eu recours à des méthodes plus violentes, notamment en giflant des femmes, en les battant avec des matraques et en les poussant dans des véhicules de police.

LE PRÉSIDENT IRANIEN AFFIRME QUE “L’AMÉRIQUE A FAIT PIED SUR L’ACCORD NUCLÉAIRE”, VEUT RELANCER L’ACCORD NUCLÉAIRE

Les manifestations se sont poursuivies pour un cinquième jour mercredi, alors que les manifestants se sont affrontés avec la police et ont appelé à la chute de la République islamique. Dans la capitale Téhéran, la police a tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui scandaient “mort au dictateur” et “je tuerai celui qui a tué ma sœur”, selon l’agence de presse semi-officielle Fars.

Le groupe de défense des droits basé à Londres, Amnesty International, a déclaré que les forces de sécurité « répriment violemment les manifestations largement pacifiques déclenchées par » la mort d’Amini et qu’au moins huit personnes sont mortes et des centaines ont été blessées.

NetBlocks, un groupe basé à Londres qui surveille l’accès à Internet, avait précédemment signalé des perturbations généralisées à la fois sur Instagram et WhatsApp.

La société mère de Facebook, Meta, qui possède les deux plateformes, a déclaré à Fox News qu’elle était “consciente que les Iraniens sont coupés des services Internet”.

“Les Iraniens utilisent des applications comme Instagram pour rester proches de leurs proches, accéder à des informations opportunes et importantes et rester connectés au reste du monde”, a déclaré un porte-parole de la société dans un communiqué. “Nous espérons que leur droit d’être en ligne sera rétabli rapidement.”

LES ÉTATS-UNIS EXHORTONS LA COUR DES NATIONS UNIES À REJETER L’AFFAIRE DES ACTIFS GELÉS IRANIENS

Plus tôt mercredi, le ministre iranien des Télécommunications, Isa Zarepour, a été cité par les médias officiels comme ayant déclaré que certaines restrictions pourraient être imposées « en raison de problèmes de sécurité », sans donner plus de détails.

L’Iran bloque déjà Facebook, Telegram, Twitter et YouTube, même si de hauts responsables iraniens utilisent des comptes publics sur ces plateformes. De nombreux Iraniens contournent les interdictions en utilisant des réseaux privés virtuels, appelés VPN, et des proxys.

DOSSIER : Le président iranien Ebrahim Raisi s'adresse à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le mercredi 21 septembre 2022.

DOSSIER : Le président iranien Ebrahim Raisi s’adresse à la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le mercredi 21 septembre 2022.
(AP Photo/Julia Nikhinson)

Le président Biden, qui s’est exprimé mercredi à l’Assemblée générale des Nations Unies, a exprimé son soutien aux manifestants, déclarant “nous sommes aux côtés des braves citoyens et des braves femmes d’Iran, qui manifestent en ce moment pour garantir leurs droits fondamentaux”.

Raisi, qui a également pris la parole à l’Assemblée générale des Nations Unies, a appelé à une enquête sur la mort d’Amini.

L’Iran a été aux prises avec des vagues de protestations ces dernières années, principalement à cause d’une crise économique de longue durée exacerbée par les sanctions occidentales liées à son programme nucléaire.

L’administration Biden et ses alliés européens s’efforcent de relancer l’accord nucléaire iranien de 2015, dans lequel l’Iran a accepté de limiter ses activités nucléaires en échange d’un allégement des sanctions, mais les pourparlers sont dans l’impasse depuis des mois.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Dans son discours à l’ONU, Raisi a déclaré que l’Iran s’est engagé à relancer l’accord nucléaire, mais s’est demandé s’il pouvait faire confiance à l’engagement de l’Amérique envers un quelconque accord.

L’Associated Press a contribué à ce rapport.