L’interdiction de visa pour les Russes entre en vigueur

À partir de jeudi, les Russes titulaires de visas Schengen délivrés par l’Estonie ne sont plus autorisés à entrer dans l’État balte

La décision de l’Estonie d’interdire l’accès à la plupart des citoyens russes munis de visas Schengen délivrés par la nation balte est entrée en vigueur jeudi.

La répression des visas a été approuvée par le gouvernement de Tallinn la semaine dernière dans le cadre des sanctions contre Moscou pour son opération militaire en Ukraine.

Cette décision signifie que les Russes détenteurs de visas estoniens sont désormais refoulés s’ils arrivent aux points de contrôle de Narva, Luhamaa et Koidula à la frontière entre les deux pays.

Il existe plusieurs exceptions à la nouvelle règle, y compris les diplomates et les membres de leur famille ; ceux qui sont engagés dans le transport international de marchandises et de passagers ; les personnes jouissant du droit de libre circulation en vertu du droit de l’UE ; ceux qui doivent entrer dans la nation balte pour des raisons humanitaires ; et les parents proches de citoyens estoniens ou de résidents permanents.

Malgré l’interdiction de voyager, les visas délivrés par l’Estonie et détenus par la Russie n’ont pas été annulés et peuvent toujours être utilisés pour accéder aux 25 autres membres de l’espace Schengen, a noté le ministère estonien des Affaires étrangères.

Lire la suite

La Finlande annonce une répression des visas contre les Russes

En outre, les citoyens russes qui ont reçu leurs visas d’autres pays Schengen peuvent également accéder librement au territoire estonien pour l’instant, a-t-il ajouté.

Plus tôt cette semaine, la Finlande a annoncé qu’elle réduisait de moitié le nombre de visas d’entrée disponibles pour les Russes, avec seulement une centaine de permis touristiques délivrés par jour.

Tallinn et Helsinki ont également appelé à une interdiction totale de délivrer des visas touristiques Schengen aux titulaires de passeports russes.

Pendant ce temps, l’Estonie envisage de restreindre l’accès au pays même aux Russes titulaires de visas délivrés par d’autres membres de Schengen.

Selon le ministre des Affaires étrangères Urmas Reinsalu, des propositions sur la manière de procéder pourraient être soumises par les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur dès cette semaine. Une telle mesure ne constituerait pas une violation des lois de l’UE, a insisté Reinsalu, soulignant que les États membres ont fermé les frontières intérieures de l’UE au plus fort de la pandémie de Covid-19.