L’interdiction de Tesla sur les chemises pro-syndicales a violé les droits des travailleurs: NLRB

Une vue aérienne montre l’usine Tesla Fremont à Fremont, en Californie, le 10 février 2022.

Josh Edelson | AFP | Getty Images

Tesla a violé les droits des travailleurs en disant aux employés qu’ils ne pouvaient pas porter de chemises avec des insignes pro-syndicaux à l’usine, a déclaré lundi le Conseil national des relations du travail dans une décision.

Le NLRB ordonne désormais au constructeur de véhicules électriques d’Elon Musk de “cesser et de s’abstenir de maintenir et d’appliquer la politique de tenue d’équipe trop large qui interdit aux associés de production de porter des chemises syndicales noires”.

Tesla sera également tenue d’informer les employés actuels que leur « politique de tenue d’équipe » a été annulée ou révisée, et de fournir une copie de toute politique révisée.

La décision contredit une décision de 2019 sur les politiques de code vestimentaire chez Walmart qui permettait au titan de la vente au détail de limiter (mais pas d’interdire) les employés de porter des insignes pro-syndicaux au travail.

Deux membres de la commission du travail ont exprimé leur dissidence sur la décision de Tesla, tandis que trois ont proposé d’annuler la décision antérieure de Walmart.

La majorité a écrit que « lorsqu’un employeur interfère de quelque façon que ce soit avec le droit de ses employés d’arborer des insignes syndicaux, l’employeur doit prouver des circonstances particulières qui justifient son ingérence ». Tesla n’a pas démontré de circonstances particulières justifiant sa politique, a décidé le NLRB.

Tesla avait précédemment fait valoir devant le NLRB que son code vestimentaire visait à empêcher les vêtements des travailleurs de “causer des mutilations” aux voitures ou aux sièges d’auto qu’ils construisaient, et à aider les gestionnaires à “déterminer facilement que les employés se trouvent dans les zones de travail qui leur sont assignées”. de l’usine de l’entreprise.

D’anciens employés de Tesla avaient témoigné devant le NLRB que la direction de Tesla leur avait fait retirer des tee-shirts avec des messages et des logos du syndicat United Auto Workers, même s’ils ne présentaient aucun risque d’endommager les voitures ou les sièges d’auto.

L’UAW et Tesla n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires lundi.

Auparavant, le NLRB avait statué que le PDG de Tesla, Elon Musk, avait violé les lois du travail lorsqu’il avait suggéré dans un tweet que les travailleurs de Tesla devraient renoncer à leurs options d’achat d’actions s’ils se syndiquaient. Ils lui ont demandé de supprimer le tweet incriminé, mais Musk et Tesla ont fait appel de cette décision.