L’inflation de la zone euro a établi un nouveau record en mai, atteignant 8,1%

L’inflation de la zone euro a atteint un record de 8,1 % en mai, dans un contexte de flambée des prix de l’énergie et des aliments alimentée en partie par la guerre de la Russie en Ukraine.

L’inflation annuelle dans les 19 pays qui utilisent l’euro a dépassé le précédent record de 7,4% atteint en mars et avril, selon les derniers chiffres publiés mardi par l’agence de statistiques de l’Union européenne, Eurostat.

L’inflation dans la zone euro est maintenant à son plus haut niveau depuis le début de la tenue des registres pour l’euro en 1997.

La flambée des prix pèse sur les finances des ménages et rend plus urgente pour les autorités d’agir rapidement pour éviter de nouvelles hausses du coût de la vie.

Les prix de l’énergie ont bondi de 39,2%, soulignant à quel point la guerre et la crise énergétique mondiale qui l’accompagne rendent la vie plus chère pour les 343 millions d’habitants de la zone euro.

“L’inflation énergétique devrait rester plus élevée plus longtemps que prévu” après que l’Union européenne a accepté d’embargo sur la plupart des importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année, a déclaré Andrew Kenningham, économiste en chef pour l’Europe chez Capital Economics.

Le pétrole brut Brent, la norme internationale, est passé à 120 $ US le baril après l’accord. Visant à punir Moscou pour sa guerre contre l’Ukraine, l’accord d’embargo est une épée à double tranchant qui pourrait également causer de la douleur aux personnes et aux entreprises qui luttent déjà pour faire face à des coûts énergétiques plus élevés.

REGARDER | Que faites-vous pour lutter contre l’inflation dans votre vie ?

Comment luttez-vous contre l’inflation ?

Les Canadiens dans les rues de Toronto racontent à la CBC les changements qu’ils apportent au budget de leur ménage pour joindre les deux bouts en ce moment.

Les prix du pétrole et du gaz naturel avaient également grimpé en flèche par crainte que la guerre n’interrompe les approvisionnements en provenance de Russie, le plus grand exportateur de pétrole au monde. La forte demande mondiale à la suite de la pandémie de COVID-19 et une approche prudente de l’augmentation de la production du cartel pétrolier OPEP ont fait grimper les prix de l’énergie.

Les pays voisins de la Russie qui se sont sevrés du gaz russe ont été parmi les plus durement touchés. Le taux d’inflation en Estonie a atteint 20 %, tandis qu’en Lituanie il était de 18,5 % et en Lettonie il s’élevait à 16,4 %.

Les prix des aliments, de l’alcool et du tabac ont augmenté de 7,5% en mai, selon Eurostat – un autre signe de la façon dont la guerre de la Russie en Ukraine, un important fournisseur mondial de blé et d’autres produits agricoles, fait grimper les prix dans le monde. Les prix de biens comme les vêtements, les appareils électroménagers, les voitures, les ordinateurs et les livres ont augmenté de 4,2 %. Les prix des services ont augmenté de 3,5 %.

L’inflation est également un problème dans d’autres grandes économies, comme la Grande-Bretagne et les États-Unis, où elle est à son plus haut niveau depuis quatre décennies.

En Pologne, qui n’utilise pas l’euro, l’inflation annuelle en mai a bondi à 13,9 %, son plus haut niveau en 24 ans, a annoncé mardi l’office national des statistiques. La hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires a été le principal moteur d’un boom économique provoqué par l’énorme afflux de réfugiés ukrainiens contribuant à la demande des consommateurs.

Les derniers chiffres renforcent la pression sur les responsables de la zone euro pour qu’ils relèvent les taux d’intérêt à des niveaux extrêmement bas afin de freiner la hausse des prix, bien que cela risque d’étouffer la reprise économique. Plus tôt ce mois-ci, l’Union européenne a réduit ses prévisions de croissance économique pour le bloc des 27 pays dans la perspective d’une longue guerre russo-ukrainienne et de perturbations prolongées de l’approvisionnement énergétique.

La semaine dernière, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a donné le signe le plus clair à ce jour que les taux commenceront bientôt à augmenter, écrivant sur un blog qu’elle s’attend à “sortir des taux d’intérêt négatifs d’ici la fin du troisième trimestre”.