Actualité people et divertissement | News 24

L’IATSE et l’AMPTP parviennent à un accord de principe sur un nouvel accord de base

L’Alliance internationale des employés de scène et de théâtre et l’Alliance des producteurs de films et de télévision ont conclu un accord provisoire sur un nouvel accord de base d’Hollywood et un accord sur les bandes vidéo.

L’accord vient couronner plus de trois mois de négociations entre le syndicat et les studios. Les principales dispositions comprennent une augmentation de 7 % des minimums la première année, suivie d’augmentations de 4 % et de 3,5 %, correspondant aux conditions remportées par la SAG-AFTRA l’automne dernier.

« Affaire conclue! » » a annoncé le syndicat dans un courriel adressé aux membres mardi soir.

Le contrat de trois ans doit encore être ratifié par les membres du syndicat. L’AMPTP doit encore négocier des accords avec les Teamsters et les autres syndicats des métiers de base, ainsi que l’accord sur les normes régionales avec l’IATSE.

Mais l’accord de base provisoire – qui intervient plus d’un mois avant l’expiration du contrat actuel, le 31 juillet – apaisera les craintes d’une nouvelle fermeture de l’industrie si peu de temps après les doubles grèves de l’année dernière.

Les termes complets de l’accord n’ont pas été divulgués, mais ils incluent de « nouveaux résidus de streaming » pour combler un déficit de 670 millions de dollars dans les régimes de retraite et de santé – l’un des principaux enjeux des négociations.

Le syndicat rapporte également que l’accord de principe inclut de nouvelles protections autour du sujet épineux de l’intelligence artificielle, « y compris un langage qui garantit qu’aucun employé n’est tenu de fournir des invites d’IA d’une manière qui entraînerait le déplacement d’un employé couvert ».

« Ces changements apportés à l’accord de base s’ajoutent aux accords de principe conclus lors des négociations de l’accord local », indique le message.

Le syndicat a également demandé des protections supplémentaires en matière de « qualité de vie » pour remédier aux longues heures de travail. En vertu du nouvel accord, les travailleurs recevront un tarif triple pour toute heure travaillée au-delà de 15 heures. Le but de ces dispositions est de rendre prohibitivement coûteuses les productions qui durent de si longues journées.

Les questions de qualité de vie ont été au cœur des négociations de l’IATSE en 2021, qui ont failli aboutir à une grève. Lors de cette ronde de négociations, le syndicat a convoqué un vote d’autorisation de grève et les membres ont failli rejeter l’accord de principe.

Cette fois-ci, les deux parties semblaient désireuses de parvenir à un accord, compte tenu des difficultés rencontrées pour se remettre des grèves de l’an dernier. Elles ont prévu du temps supplémentaire pour négocier et le syndicat n’a pas jugé nécessaire de recourir à une autorisation de grève.

La question majeure des derniers jours des négociations concernait les régimes d’avantages sociaux. Les régimes de retraite et de santé de l’industrie cinématographique sont en grande partie financés par des cotisations horaires et ont donc été touchés par l’arrêt de travail de six mois de l’année dernière.

« L’accord de principe prévoit des paiements supplémentaires de la part des employeurs qui permettraient de combler le déficit de financement de 670 millions de dollars, y compris de nouveaux résidus de répartition », a indiqué le syndicat. « De plus, aucun participant ne subira d’interruption de service pour l’année de régime 2023. »

L’accord de base couvre environ 50 000 travailleurs de l’industrie du divertissement répartis dans 13 sections locales. Les plus grandes sont la Guilde internationale des cinéastes, la Guilde des éditeurs de films et la Guilde des directeurs artistiques.

Le comité de négociation du syndicat, qui représente les 13 guildes dans les négociations avec les studios, a soutenu l’accord à l’unanimité.

Les membres et signataires auront accès à un résumé de l’accord dans les prochains jours et un protocole d’accord est attendu dans environ deux semaines. Les sections locales de la côte Ouest tiendront des réunions avec les membres pour examiner les conditions, et l’IATSE organisera un webinaire pour toutes les sections locales concernées par le contrat le 13 juillet.

La lettre, signée par les dirigeants de chacune des 13 sections locales, qui a été distribuée aux membres suit :

Chers Sœurs, Frères et Parents de l’Accord de Base,

Le comité de négociation de l’accord de base a conclu un accord de principe avec l’AMPTP. Vous trouverez ci-dessous quelques détails sur l’accord proposé.

Un résumé complet de l’accord de principe sera publié dans quelques jours et, en plus des réunions municipales locales, un webinaire multilocal aura lieu le samedi 13 juillet à midi (heure du Pacifique) pour examiner le texte proposé dans le protocole d’accord (MOA). Pour éviter de porter atteinte à nos collègues membres des sections locales de l’accord sur les normes régionales (ASA), qui sont toujours en négociation avec l’AMPTP, nous attendrons de publier simultanément les résumés complets des deux accords de principe.

Certains des changements proposés dans l’entente de principe de base comprennent des augmentations de taux de 7 %, 4 % et 3,5 % sur la durée de trois ans. Les travailleurs horaires recevront un taux triple (3x horaire) lorsqu’une journée de travail dépasse 15 heures écoulées, toutes les classifications sur appel recevront désormais un taux double le 7e jour de la semaine de travail, et des augmentations de salaire supplémentaires prendront effet sur les productions non dramatiques dans le cadre du Accord supplémentaire sur la bande vidéo. L’accord de principe comprend de nouvelles protections autour de l’intelligence artificielle, y compris un langage qui garantit qu’aucun employé n’est tenu de fournir des invites d’IA d’une manière qui entraînerait le déplacement d’un employé couvert. Ces changements à l’accord de base s’ajoutent aux accords de principe conclus lors des négociations de l’accord local.

Pour les régimes de retraite et de santé de l’industrie cinématographique (MPIPHP), l’accord de principe comprend des paiements supplémentaires de la part des employeurs qui combleraient le déficit de financement de 670 millions de dollars, y compris de nouveaux résidus de streaming. De plus, aucun participant ne subira une interruption de service pour l’année du régime 2023.

Nous remercions tous ceux qui ont participé au processus de négociation de l’accord de base de 2024. Du début à la fin, votre contribution a été inestimable et a permis à notre comité de négociation d’être à la table de négociation avec des objectifs clairs et un consensus sur la manière de les atteindre. Le calendrier de ratification sera bientôt disponible et nous sommes impatients de vous présenter le dossier complet.

Source link