L’état d’urgence de 60 jours est déclaré en Équateur alors que le gouvernement se concentre sur la montée en flèche de la violence liée à la drogue

« Dès tout de suite, nos forces armées et notre police se feront sentir avec force dans les rues car nous décrétons l’état d’urgence sur tout le territoire national », a-t-il ajouté. Lasso a déclaré lundi dans un discours télévisé.

Le leader de droite a déclaré que le trafic de drogue était le seul ennemi dans les rues et a affirmé que « Ces dernières années, l’Équateur est passé d’un pays de trafic de drogue à un pays qui consomme également de la drogue. » Il a ajouté que « lorsque le trafic de drogue augmente, les assassinats et les homicides, les vols de maisons, de véhicules, de biens et de personnes augmentent également. »

Pendant l’état d’urgence de 60 jours, l’armée se joindra aux opérations de confiscation de drogue et d’armes dans neuf des 24 provinces du pays. La police augmentera ses patrouilles dans le reste du pays, mais l’armée ne sera pas impliquée, a déclaré Lasso.

Le président a également déclaré qu’une nouvelle entité serait créée pour défendre les agents poursuivis pour « faire simplement leur devoir » et a ajouté qu’il soutiendrait les changements législatifs qui pourraient aider les forces de l’ordre à mener à bien leurs opérations.

« Ce gouvernement pardonnera à tous ceux qui ont été injustement condamnés pour avoir fait leur travail », Lasso a déclaré, ajoutant que les juges seraient invités à « garantir la paix et l’ordre, pas l’impunité et le crime ».

Citant la province de Guayas, le président a déclaré que plus de 70% des décès enregistrés y sont « en quelque sorte » liés au trafic de drogue. En septembre, la Penitenciaria del Litoral de Guayas a connu la flambée de violence carcérale la plus meurtrière de l’histoire du pays, avec au moins 119 détenus tués et des dizaines d’autres blessés.

Les prisons de l’Équateur sont devenues un champ de bataille pour de puissants cartels mexicains, avec quelque 200 personnes décédées dans les vagues de violence cette année.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *