Dernières Nouvelles | News 24

L’Espagne, l’Irlande et la Norvège reconnaîtront un État palestinien le 28 mai. Pourquoi est-ce important ?

L’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont annoncé mercredi qu’elles reconnaître un État palestinien le 28 mai, une étape vers une aspiration palestinienne de longue date, intervenue dans un contexte d’indignation internationale face au nombre de victimes civiles et à la crise humanitaire dans la bande de Gaza qui a suivi L’offensive d’Israël.

Les décisions presque simultanées de deux pays de l’Union européenne, et de la Norvège, pourraient générer une dynamique en faveur de la reconnaissance d’un État palestinien par d’autres pays de l’UE et pourraient inciter à de nouvelles mesures aux Nations Unies, approfondissant ainsi l’isolement d’Israël. Malte et la Slovénie, qui appartiennent également à l’Union européenne à 27, pourraient emboîter le pas.

Quelque 140 des 190 pays représentés au sein des Nations Unies ont déjà reconnu un État palestinien.

Voici un aperçu de comment et pourquoi les nouvelles annonces européennes pourraient être importantes :

EN QUOI EST-CE IMPORTANT?

La décision de l’ONU de 1948 qui a créé Israël envisageait un État palestinien voisin, mais quelque 70 ans plus tard, le contrôle des territoires palestiniens reste divisé et les candidatures à l’adhésion à l’ONU ont été refusées.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres pays occidentaux ont soutenu l’idée d’un État palestinien indépendant aux côtés d’Israël comme solution au conflit le plus insoluble du Moyen-Orient, mais ils insistent sur le fait que la création d’un État palestinien devrait faire partie d’un règlement négocié. Il n’y a eu aucune négociation de fond depuis 2009.

Même si les pays de l’UE et la Norvège ne reconnaîtront pas un État existant, mais seulement la possibilité d’en créer un, le symbolisme contribue à renforcer la position internationale des Palestiniens et accroît la pression sur Israël pour qu’il ouvre des négociations sur la fin de la guerre.

En outre, cette décision donne une importance supplémentaire à la question du Moyen-Orient à l’approche des élections législatives du 6 au 9 juin. Parlement européenalors que quelque 370 millions de personnes ont le droit de voter et qu’un forte montée de l’extrême droite est sur les cartes.

POURQUOI MAINTENANT?

La pression diplomatique sur Israël s’est intensifiée à mesure que la bataille contre le Hamas entame son huitième mois. L’Assemblée générale des Nations Unies voté avec une majorité significative le 11 mai pour accorder de nouveaux « droits et privilèges » à la Palestine, signe d’un soutien international croissant en faveur d’un vote sur l’adhésion à part entière avec droit de vote. L’Autorité palestinienne a actuellement le statut d’observateur.

Les dirigeants d’Espagne, d’Irlande, de Malte et de Slovénie ont déclaré en mars qu’ils envisageaient de reconnaître un État palestinien comme « une contribution positive » à la fin de la guerre.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a déclaré mercredi : « Cette reconnaissance n’est contre personne, elle n’est pas contre le peuple israélien », a-t-il déclaré. « C’est un acte en faveur de la paix, de la justice et de la cohérence morale. »

QUELLES SONT LES IMPLICATIONS DE LA RECONNAISSANCE ?

Alors que des dizaines de pays ont reconnu la Palestine, aucune des grandes puissances occidentales ne l’a fait, et on ne sait pas exactement dans quelle mesure la décision des trois pays pourrait faire une différence.

Néanmoins, leur reconnaissance constituerait un accomplissement important pour les Palestiniens, qui estiment qu’elle confère une légitimité internationale à leur lutte.

Il est probable que peu de choses changeront sur le terrain à court terme. Les pourparlers de paix sont au point mort et le gouvernement israélien s’entête à s’opposer à la création d’un État palestinien.

QUELLE EST LA RÉPONSE D’ISRAËL ?

Israël a réagi rapidement mercredi en rappelant ses ambassadeurs en Irlande, en Norvège et en Espagne.

Le gouvernement israélien qualifie les discussions sur l’indépendance palestinienne de « récompense » pour l’attaque du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, qui a tué 1 200 personnes et conduit à l’enlèvement de plus de 250 autres. Il rejette toute tentative visant à légitimer les Palestiniens au niveau international.

Des mesures comme celles prises mercredi par les trois pays européens durciront la position palestinienne et saperont le processus de négociation, affirme Israël, insistant sur le fait que tous les problèmes doivent être résolus par la négociation.

Israël répond souvent aux décisions de pays étrangers jugées contraires à ses intérêts en convoquant les ambassadeurs de ces pays et en punissant les Palestiniens par des mesures telles que le gel des transferts d’impôts vers l’Autorité palestinienne à court d’argent.

QUI RECONNAIT LA PALESTINE COMME ÉTAT ?

Quelque 140 pays ont déjà reconnu la Palestine, soit plus des deux tiers des membres des Nations Unies.

Certaines grandes puissances ont indiqué que leur position pourrait évoluer au milieu du tollé suscité par les conséquences de l’offensive israélienne à Gaza, qui a tué plus de 35 000 Palestiniens selon le ministère de la Santé de Gaza. Le ministère ne fait pas de distinction entre les non-combattants et les combattants dans son décompte.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, a déclaré qu’aucune reconnaissance de la Palestine ne pourrait avoir lieu tant que le Hamas resterait à Gaza, mais qu’elle pourrait avoir lieu pendant que les négociations israéliennes avec les dirigeants palestiniens étaient en cours.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré en février que la reconnaissance d’un État palestinien n’était pas « tabou » pour la France.




Source link