Skip to content

Les victimes de crimes violents ou d'agression sexuelle seront informées de la date à laquelle leur agresseur doit être libéré de prison en vertu des nouvelles règles proposées

  • Si le délinquant est emprisonné pendant un an, la victime sera informée des changements de garde
  • On leur dira quand le délinquant sera transféré dans une prison ouverte ou qu'il sera libéré
  • Les victimes de criminels étrangers seront également informées du moment où l'expulsion du délinquant doit avoir lieu

Les victimes de crimes violents ou sexuels obtiendront automatiquement le droit de savoir quand leur agresseur doit être libéré de prison.

Dans les cas où le délinquant est emprisonné pendant 12 mois ou plus, sa victime sera prévenue lorsque le criminel sera transféré dans une prison ouverte ou envisagé pour sa libération.

Les victimes de criminels étrangers seront également informées du moment où l'expulsion du délinquant doit avoir lieu.

Les victimes de crimes violents ou d'agression sexuelle seront informées de la libération de l'agresseur

Dans les cas où le délinquant est emprisonné pendant 12 mois ou plus, sa victime sera prévenue lorsque le criminel sera transféré dans une prison ouverte ou envisagé pour sa libération.

Les mesures sont énoncées dans un nouveau projet de version du Code des victimes, publié aujourd'hui par les ministres.

Les victimes éligibles seront automatiquement référées au programme de contact avec les victimes, qui fournit des mises à jour sur les délinquants pendant qu'ils purgent leur peine.

Actuellement, moins de la moitié des victimes ou leurs proches parents s'inscrivent au programme.

Cela donnera également aux victimes une plus grande flexibilité quant au moment et à la manière dont une déclaration personnelle de victime peut être faite.

Les victimes de crimes violents ou d'agression sexuelle seront informées de la libération de l'agresseur

Les victimes admissibles seront automatiquement référées au programme de contact avec les victimes, qui fournit des mises à jour sur les délinquants pendant qu'ils purgent leur peine

Une nouvelle loi sur les victimes élargissant davantage leurs droits devrait être publiée plus tard cette année.

Le projet de code sera consulté pendant six semaines, ont déclaré les ministres.

  • Les yobs surpris en train de porter une lame à deux reprises pourraient être frappés avec un nouveau «couteau Asbo» même s'ils n'ont pas été condamnés.

Les soi-disant ordonnances de prévention de la criminalité au couteau, pilotées par la police métropolitaine à partir du 6 avril, s'appliqueront aux enfants dès l'âge de 12 ans, ainsi qu'aux adultes.

Publicité