Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – Les ventes d’équipement militaire américain à des gouvernements étrangers ont légèrement diminué au cours de l’exercice clos le 30 septembre, passant de 55,6 milliards de dollars un an auparavant à 55,4 milliards de dollars, a annoncé mardi un responsable américain.

Les restrictions moins strictes imposées aux ventes sous l'administration Trump avaient entraîné une augmentation des ventes de l'armée étrangère de 33% de 2017 à 2018.

L’administration Trump a mis en place un nouveau plan «Buy American» en 2018 qui a assoupli les restrictions sur les ventes tout en encourageant les autorités américaines à jouer un rôle plus important dans l’accroissement des activités à l’étranger pour le secteur de l’armement américain.

Les gouvernements étrangers achètent des armes à des sociétés américaines de deux manières principales: les ventes commerciales directes, négociées entre un gouvernement et une société; et les ventes militaires à l’étranger, dans lesquelles un gouvernement étranger contacte généralement un fonctionnaire du ministère de la Défense de l’ambassade des États-Unis dans leur capitale. Les deux doivent être approuvés par le gouvernement américain.

Les plus grands sous-traitants américains en armement sont Boeing Co, Lockheed Martin Corp, Raytheon Co, General Dynamics Corp et Northrop Grumman Corp.

Reportage de Mike Stone à Washington; Édité par Nick Zieminski

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *