Les ventes de maisons en baisse de 43% par rapport à juillet de l’année dernière, selon la chambre immobilière du Grand Vancouver

Les ventes de maisons le mois dernier ont chuté de 43 % par rapport à juillet 2021 et de 23 % par rapport à juin dernier, selon le Real Estate Board of Greater Vancouver (REBGV).

Les ventes dans la région ont totalisé 1 887, soit 35,2 % de moins que la moyenne des ventes sur 10 ans en juillet.

Le conseil affirme que ces chiffres signalent qu’un nouveau cycle de marché – caractérisé par une diminution de la demande de logements – est arrivé.

“Je pense que les acheteurs et les vendeurs de maisons prennent une pause après une période frénétique de deux ans”, a déclaré Craig Munn, vice-président de la communication chez REBGV.

Munn a déclaré que la prudence des acheteurs était motivée par la hausse des taux d’intérêt et les préoccupations inflationnistes.

“Les acheteurs de maisons prennent sagement le temps d’évaluer ce que ces changements signifient pour leur situation personnelle.”

Le conseil indique qu’une partie du nouveau cycle du marché comprend une augmentation progressive du nombre de maisons à vendre, mais les inscriptions du mois dernier ont totalisé 3960 maisons, en baisse de près de 10% par rapport à juillet 2021 et de 25% par rapport à juin 2022.

Pendant ce temps, le prix de référence composite pour la région s’élevait à plus de 1,2 million de dollars le mois dernier, soit une augmentation d’environ 10 % par rapport à juillet 2021 et une baisse de 2 % par rapport à juin 2022.

Munn a déclaré que les prix avaient commencé à baisser au cours des trois derniers mois, mais à un rythme graduel d’environ 2% par mois.

“Une réponse tout à fait normale sur le marché”

Brendon Ogmundson, économiste en chef à la BC Real Estate Association, a déclaré que la demande ralentissait dans toute la province.

“Peu importe le marché que vous regardez, les ventes sont généralement d’environ 20 à 25% inférieures à la normale pour cette période de l’année”, a déclaré Ogmundson.

Ogmundson a déclaré que même si les prix baissent lentement, une forte baisse des prix est hautement improbable.

“Ce que nous voyons est une réponse très normale du marché à des taux d’intérêt très élevés.”