Skip to content

HDes centaines de touristes se sont rassemblés vendredi à Uluru, en Australie, pour escalader le célèbre rocher rouge avant la mise en place d’une interdiction permanente.

Uluru, également connu sous le nom d'Ayers Rock, est sacré à la nation Anangu, les propriétaires traditionnels du rocher classé par l'Unesco, qui ont passé des décennies à encourager les gens à ne pas y grimper par respect. L'Australie limitera l'accès à partir du 26 octobre.

"C’est notre maison", lit un panneau à la base du rocher. "S'il vous plaît, ne grimpez pas."

Sonita Vinecombe, venue d’Adélaïde, s’est alignée tôt le matin pour faire le trajet, mais elle a exprimé des sentiments mitigés sur la question.

"Vous voulez respecter le côté culturel des choses, mais vous voulez tout de même avoir pour défi de relever le défi", a-t-elle déclaré à Reuters.

Habituellement, la plupart des visiteurs n'escaladent pas les flancs abrupts et ocre rouge d'Uluru, mais l'interdiction imminente a provoqué une recrudescence du nombre d'alpinistes. Au début du mois d'octobre, Mike Misso, responsable du parc national d'Uluru-Kata Tjuta, a déclaré qu'il s'agissait de la période la plus occupée depuis plus d'une décennie, avec «près de 1 000» personnes faisant l'ascension chaque jour.

Selon le parc, 300 000 personnes ont visité Uluru en 2015, dont 16,2% ont gravi le roc, soit environ 135 par jour.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *